fbpx

Tirages limités : une édition pour un régal de livres d’artistes

par

Par Blandine Dumazel – BSCNEWS.FR / Dans le Gard, la manifestation culturelle « Tirages limités »* ose le défi de donner à voir à un large public des magnifiques livres d’artistes, ceux du fonds de la Direction du Livre et de la Lecture du département. Cette année, l’événement a associé Anne Slacik, peintre, à trois poètes, Jean-Gabriel Cosculluela, Michaël Gluck et Marie-Florence Ehret. Un événement privilège pour tous, puisque les communes de Bagnols sur Cèze, du Vigan et de Pujaut ont accepté d’accueillir les expositions durant tout ce mois de mai.

Livre d’artiste, une définition encore en recherche ?
Chacun de nous sait ce qu’est un livre : livre de contes, livre de classe, livre de Prix, dictionnaires, romans… Alors une question : en quoi un « livre d’artiste » diffère-t- il d’un livre habituel ? Tenter de définir ces fameux livres d’artistes entraîne dans bien des méandres et impasses à l’orée même de la définition « normalisée » d’une œuvre d’art. Disons que ces livres-là se situent en marge, à la périphérie de la production, de l’édition classique de livres à laquelle le lecteur lambda est habitué. Le dialogue entre les arts visuel et écrit que propose cette précieuse forme de livre naît du profond désir de ces artistes de s’investir personnellement, prendre pleinement part au projet éditorial. Ces publications–créations doivent être considérées comme des oeuvres à part entière. Quand d’une volonté commune et complice, deux artistes décident d’entremêler leurs imaginaires, quand la peinture pour l’un et la poésie pour l’autre, entament une conversation naturelle, cela donne vie à un objet unique, le livre d’artiste. Un objet d’art.
Liliane Vincy, galeriste à Paris, affirme : « Oeuvre d’art à part entière, reflet des différents courants esthétiques contemporains, le livre d’artiste existe comme espace de création, au même titre que la peinture, la sculpture ou les installations. Il trouve aujourd’hui un public restreint peut-être, mais passionné…« . Oui, ces livres restent encore trop peu repérables, toujours pas assez montrés, divulgués au grand public. Alors, il faut saluer l’initiative de la DLL du Gard.

Anne Slacik, peintre de manuscrits
Anne Slacik vit et travaille en région parisienne et possède également un atelier dans le Gard. « Peindre des livres est important et j’y consacre une partie non négligeable de mon temps. », dit-elle. L’artiste, pour son actuelle exposition gardoise, propose 15 des 132 titres d’une collection commencée en 1987 et close aujourd’hui. « Tout a commencé par des lectures nombreuses puis il est m’est arrivé de rencontrer autour de la peinture, ces poètes que je lisais et dont j’achetais les livres. Les choses se sont alors faites très naturellement. » Bernard Noël, Michaël Glück, Michel Butor, Jean-Gabriel Cosculluela, Marie-Florence Ehret, Valérie Rouzeau, Gaston Puel, Adonis…autant de poètes dont la rencontre vraie, parfois, s’est épanouie selon un rituel comme sacré « …j’offre « mes » bandes vierges de Velin d’Arches (20cm x 80cm /300g) puis vient le temps de l’écriture pour le poète et enfin, je reçois les manuscrits originaux et je les lis. Alors, se déclenche le travail de peinture suggéré par le texte poétique… » Et, naissent des manuscrits peints. Des œuvres d’art. Pour « Tirages limités » 2011, Anne Slacik a installé, dans chaque médiathèque d’accueil, ses livres en suspension, au dessus de nos têtes, comme un arc en ciel de pastels éclatés par magie. En résonance à l’œuvre artistique, les poètes invités font lecture, soit de leurs propres textes, soit d’autres poètes amis. Avec ces auteurs, Anne Slacik a établi un rapport de connivence et de proximité pour dialoguer, travailler avec complicité. A Bagnols-sur-Cèze, Jean Gabriel Cosculluela ; en pays viganais, Michaël Glück ; à Pujaut, Marie-Florence Ehret.
« La rencontre est belle parce qu’elle est humaine, et que c’est la vie. Exactement comme la peinture qui est la vie. Les livres parlent aussi des peintures et les peintures sont nourries des livres… », dit l’artiste.

« Tirages limités » offre à tous l’univers intime des livres d’artistes tissés avec des mots et des couleurs, une manifestation incontournable.

Photo Tirages limités – crédit B.D ©

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à