fbpx

Salon du livre 2010 : Une ouverture sous couvert de dissensions

par

Le Salon du livre de Paris 2010 vient d’ouvrir ses portes ce matin à la Porte de Versailles. Le millésime de cette année a quelque chose d’un peu particulier. Cette grande fête du livre y fête son 30 ème anniversaire.

Jusqu’au 31 mars, il vous sera possible d’approcher près de 90 auteurs comme Paul Auster, Umberto Eco, Peter James, Dany Lafferière, Amélie Nothomb, Salman Rushdie pour les auteurs étrangers. Concernant les auteurs français, seront présents entre autres, Emmanuel Carrère, Patrick Chamoiseau, Richard Morgiève, ou encore Patrick Rambaud.

Des luttes et des dissensions de plus en plus apparentes

On ne peut manquer d’évoquer le retrait partiel du groupe Hachette, il y a quelques mois, qui prive les amateurs de littérature d’auteurs renommés avec comme fond de toile, les derniers événements qui ébranlent dangereusement l’équité du Syndicat National de l’Edition avec l’élection constestée d’Alain Kouck, le PDG d’Editis.

Quant au groupe Hachette, il a divisé par neuf la superficie de ses stands. Des maisons d’édition comme Grasset, Stock, Fayard, JC lattés ne sont pas représentées : une perte sèche en terme d’auteurs et de célébrités du livre. Ces luttes laissent transparaître une fronde qui ne cesse d’enfler depuis quelques mois. Les Editions Bayard ont également renoncé.

Un espace dédié au numérique de plus en plus vaste

L’espace dédié au numérique est de plus en plus conséquent avec des structures qui tentent de conquérir ce marché aussi bien sur les supports numériques, les bandes dessinées en ligne et les numérisation de textes. Le responsable numérique d’un groupe d’édition nous confiait ce matin  » que ce marché est pleine évolution et que les éditeurs se sont aperçus récemment de leur retard et tentent à présent de refaire un retard important en la matière ».

Entre mutation de l’édition vers le numérique et les conflits entre les groupes d’édition, le Salon du Livre inspire une fébrilité de plus en plus patente. Certains éditeurs importants n’hésitent plus à remettre en cause son utilité tant l’investissement consentis pour y apparaître est énorme au vu de la rentabilité financière estimée.

Il y a toujours eu un Salon du Livre In et un Salon du Livre Off. Aujourd’hui, il apparaît que le Off est riche en tensions qui devraient donner lieu à des changements profonds pour les prochaines éditions.

Nicolas Vidal / BSCNEWS.FR – Depuis le Salon du Livre de Paris

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à