fbpx

Cathédrale de Nantes, levée de garde à vue « sans aucune poursuite » pour le bénévole du diocèse

par

Dans la soirée de dimanche les enquêteurs ont remis en liberté l’homme qui avait été placé en garde à vue samedi 18 juillet dans l’après-midi, après l’incendie à la cathédrale.

Après l’incendie qui a dévasté la cathédrale de Nantes, un homme a été mis en garde à vue samedi. Un homme de 39 ans de nationalité rwandaise, avait été entendu par la police car, vendredi soir, il devait s’occuper de la fermeture du lieu de culte. Dès le début de la garde à vue, les enquêteurs se sont montrés prudents sur un éventuel lien entre le bénévole et les faits.

D’ailleurs, l’avocat de ce dernier, Me Quentin Chaber a déclaré dimanche qu’ « il n’y a aucun élément qui rattache directement mon client à l’incendie dans la cathédrale ». Le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, a déclaré dimanche après-midi : « Il faut être très prudents. Toute interprétation qui amènerait à impliquer cet homme dans la commission des faits serait prématurée et hâtive. ». Dans la soirée de dimanche il a ajouté que« les points de contradiction qui étaient apparus (dans l’emploi du temps de l’ex gardé à vue, ndlr) ont été éclaircis ».

Dans le milieu catholique nantais, plusieurs personnes ont exprimé leurs doutes sur l’éventuelle responsabilité de l’homme. Par exemple, le recteur de la cathédrale de Nantes, le père Hubert Champenois, a déclaré  à l’AFP  » connaitre l’homme depuis quatre ou cinq ans” et avoir “confiance en lui comme en tous les collaborateurs”.

L’enquête se poursuit sur deux pistes «  accidentelle et criminelle », comme indiqué par le procureur de Nantes. En parallèle, les experts ont commencé à rédiger un bilan des dégâts de l’incendie. Parmi les œuvres parties en fumée, il y aurait un tableau d’Hippolyte Flandrin, le « Saint-Clair guérissant les aveugles » réalisé en 1836) du peintre.

En ce qui concerne la restauration de la cathédrale, le ministre de l’économie et des finance, Bruno Le Maire a déclaré sur RMC/BfmTV  que « l’Etat prendra à sa charge la restauration de la cathédrale de Nantes ».

 


(photo à la une : l’intérieur de la cathédrale de Nantes où se trouvait le tableau d’Hippolyte Flandrin – source : page Facebook du diocèse de Nantes)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à