fbpx

La Lombardie affronte une pénurie de places dans les morgues pour les victimes du coronavirus

par

Cette région du nord de l’Italie est le cœur économique du pays. Le virus y est arrivé probablement déjà à la fin de janvier 2020. Il a d’abord frappé la province de Lodi, où les premières zones de quarantaine ont été mises en place. Puis, il a touché lourdement les provinces de Bergame et Brescia où, désormais, même les cimetières sont saturés.

L’épidémie de Coronavirus continue de sévir en Italie et la situation est particulièrement difficile dans les villes lombardes de Bergame (lire l’interview au journaliste italien Max Pavan) et de Brescia.

(Bergame -copyright M. Ghisalberti/Putsch)

Désormais,  ces deux villes connaissent d’importants problèmes de place dans les morgues. Même les structures consacrées à l’incinération des personnes décédées, ont du établir des listes d’attente de plus en plus longues au fil des jours.

La une du 15 mars 2020 du quotidien local Italien « L’Eco di Bergamo ». Copyright L’Eco di Bergamo)

 

Le quotidien de Bergame, « L’Eco di Bergamo » compte chaque jour, plusieurs pages d’avis d’obsèques, comme le montre cette vidéo.

Dans la commune de Zogno, petite ville de 10.000 habitants aux portes de la Vallée Brembana, le curé a décidé de ne plus sonner le glas pour chaque décès (comme le veut l’usage local) mais seulement une seule fois par jour. La décision a été prise et appliquée suite au nombre élevé de décès constaté depuis plusieurs jours.

(le post annonçant la décision de sonner le glas, une fois par jour. Source : Page Facebook de la Paroisse de Zogno) 

En même temps, la paroisse de Zogno a ouvert une radio paroissiale pour maintenir le lien avec les paroissiens obligés de rester cloîtrés chez eux.  Chaque soir, les bénévoles de cette institution religieuse, essaient de diffuser les « bonnes nouvelles », envoyés par les paroissiens via Wattsapp (image ci-dessous).

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à