fbpx

S’il vous plaît Greta, sauvez le soldat Macron !

par

La jeune militante écologiste Greta Thunberg a annoncé vouloir porter plainte contre la France et d’autres pays pour leur inaction face aux changements climatiques. Cette annonce a surpris le président de la République, Emmanuel Macron. Interviewé en exclusivité par Europe 1, le Chef de l’Etat a exprimé son incrédulité.

« Quand je vois qu’on va fermer l’ensemble de nos activités charbon – a dit Emmanuel Macron – qu’on stoppe l’exploitation d’hydrocarbures, qu’on est en train de bouger, je ne suis pas sûr que ce soit la voie la plus efficace. »

Bien que le réchauffement climatique soit un grave problème, auquel il est urgent d’apporter des solutions, on peut comprendre l’étonnement de l’actuel président de la République.

On pourrait dire qu’on ne fait jamais assez pour l’environnement et pour le climat mais, pour être objectif, il faut se rappeler que d’autres pays que la France ne font presque rien en ce domaine.

Pensons aux grandes villes de certains pays, où un nuage de pollution est tellement important, qu’il en occulte le ciel. Pensons aussi à la consommation des ressources. Il ne faut pas être grand savant pour comprendre que les « dégâts » provoqués par un peu plus de 60 millions de français sont très limités, si on les compare à ceux des nations les plus peuplées et moins responsables en matière d’écologie. Des nations où, par exemple, l’on n’a jamais entendu parler de campagne contre le gaspillage alimentaire ou contre l’usage excessif du plastique.

La colère et les larmes de Greta Thunberg doivent en tout cas faire réfléchir. Car la France est aussi l’un des pays qui a approuvé le traité de libre-échange, le CETA, accord international qui risque de mettre à dure épreuve les agriculteurs et les éleveurs de l’hexagone. Leur filière est tenue de respecter des normes beaucoup plus strictes que celles prévues au Canada ainsi que des normes qui identifient la spécificité des productions locales en évitant, entre autres, de favoriser le transport de matières premières alimentaires sur de longues distances. Ces normes ont également, tant bien que mal, protégé la santé des consommateurs français en interdisant par exemple les OGM ou l’usage de plusieurs produits chimiques, autorisés en revanche de l’autre côté de l’Atlantique.

En tout cas, l’attaque de Greta Thunberg contre la France, aidera peut-être nos hommes et femmes politiques à éviter de promouvoir et d’adopter des politiques, sous l’emprise de l’émotion, qu’elles soient : climatiques, sociétales ou autres.

Il ne s’agit pas de s’octroyer une auto absolution. Mais de réaliser que, malgré tout, la France et les Français sont très engagés pour la protection de la planète, d’un point de vue direct et volontaire mais aussi sans le savoir. Leurs impôts financent en effets plusieurs plans plus ou moins écologiques. On ne peut pas dire la même chose pour d’autres pays.

 


(Le discours de Greta Thunberg diffusé par l’Onu sur son compte Twitter)

 

(La réponse d’Emmanuel Macron aux paroles de Greta Thunberg)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à