fbpx

Marie Darrieussecq : la confrontation de deux mondes

par

Afin de prendre le large, de s’interroger sur son couple, son métier, Rose part sur un énorme paquebot de croisière avec ses deux enfants.

On se croirait sur le Titanic. Une nuit, au large de la Libye, un bateau de migrants est sauvé par l’équipage. A son bord, Younès, jeune exilé à qui Rose offre le téléphone de son fils. Hantée par ce Libyen qui a risqué de sa vie, elle le retrouve à Calais lorsque Younès l’appelle. Beauté des images, limpidité du style, tendresse d’un lien que rien n’annonçait : à sa manière de confronter deux mondes, deux personnages si différents, de leur permettre de s’accepter tels qu’ils sont, l’auteure nous sensibilise mieux que tous les discours, au drame de l’immigration, sans pathos, avec une grande humanité.

La Mer à l’envers, de Marie Darrieussecq (P. O. L.)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à