fbpx

Tout est bien : le tonitruant cirque précaire de Pré O Coupé

par

« Le monde s’amuse peut-être parce que vous ne vous amusez pas ! » Loin des grosses machines contemporaines tirées à quatre épingles, nous pénétrons un chapiteau tremblant, sur le point de s’écrouler, dont le sommet fait apparaître un gigantesque écriteau « à vendre ».

A l’intérieur, ça braille, ça court dans tous les sens, sol et plafond sont jonchés de matériaux en mode réemploi : un vieil escabeau sert de balançoire, des planches, des pneus, des tuyaux, de vieux bancs ou des poches de cubi de vin servent d’’accessoires ! L’art de la récup. L’art de produire plus avec moins. L’art de faire rêver en toute simplicité.

Coup d’envoi de prodigieuses figures acrobatiques (ah, cette rutilante fontaine humaine), de jongles virtuoses, de chansons décalées : on se fait du bien dans un joyeux bordel. « On sort les effets spéciaux ! » s’écrit-on : des néons recyclés et rabougris entourés de scotch s’allument ! « The show must go on car nous sommes là pour vous faire rêver » poursuit-on. Ces pirates du spectacle vivant sont à l’image du chapiteau brinquebalant : brut de décoffrage, comme leur art, ils évoluent dans cet univers chaotique qui rend les choses poétiques, un monde de transgression dans un monde où « tout change, tout se transforme », et pas toujours pour le meilleur.

On ne peut évidemment pas passer à côté de la portée politique, on nous parle d’une société inégalitaire qui tangue elle aussi. La compagnie se nomme « Pré O Coupé ». Occupée à se démener pour divertir, préoccupée de la survie de sa discipline, désireuse de vivre de son art. Dans le silence de la précarité, Pré O Coupé fait du bruit pour éveiller les consciences, pour nous assurer que tant qu’on s’amuse, tout va (encore) bien !

« Le cirque d’aujourd’hui est épuré et esthétique, c’est un vrai pied de nez à tout ça », argumentait Karim Malhas dans l’émission Scèn’Orama de nos confrères de Radio FM-plus. Et d’ajouter : « Dans la moche, on essaie de faire ressortir le beau. » Tout est bien, puisqu’on a ce sentiment à la fin de ce rugissant spectacle.

Tout est bien


Production : Pré O Coupé / Idée de Nikolaus Holz / Mise en scène : Christian Lucas / Avec : Nikolaus, Noémie Armbruster, Julien Cramillet, Mathieu Hedan, Karim Malhas, Yannos Chassignol / Scénographie : Raymond Sarti assisté de Jean-Baptiste Hardoin et Benjamin Fanni / Costumes : Fanny Mandonnet assistée de Claire Joly / Musique : Olivier Manoury / Création lumière : Hervé Gary / Collaboratrice artistique : Bérangère Gros / Régie générale : Yannos Chassignol / Coordinateur technique : Baptiste Chapelot / Régisseur lumière et son : Olivier Gauducheau, Victor Fernandes et Daniel Doulergue / Photo : Philippe Cibille / Coproductions : Théâtre Firmin Gémier, La Piscine – Pôle National des Arts du Cirque d’Antony et de Châtenay-Malabry, Théâtre de Cusset, Etablissement Public du Parc et de la Grande Halle de la Villette EPPGHV, Pôle National Cirque Méditerranée (Théâtre Europe – La Seyne sur Mer / CREAC – Marseille), Marseille Provence 2013 – Capitale Européenne de la Culture, Cirque-Théâtre d’Elbeuf, Pôle National des Arts du Cirque de Haute Normandie, La Verrerie d’Alès, Pôle National des Arts du Cirque Languedoc-Roussillon, CIRCa, Pôle National des Arts du Cirque Auch Gers Midi-Pyrénées, Centre de Création Artistique et Technique NIL OBSTRAT

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à