fbpx

Après les menaces reçues devant chez elle, Marlène Schiappa porte plainte et Jérôme Rodrigues réagit

par

La Secrétaire d’État à l’égalité hommes-femmes, a dénoncé sur Facebook l’action d’un groupe de personnes vêtues d’une chasuble jaune qui ont fait craindre le pire pour elle et à sa famille devant son domicile. Sur CNews, Jérôme Rodrigues, a condamné pour sa part les violences tout en soulignant le manque de compassion de Marlène Schiappa pour les femmes Gilets Jaunes agressées par la Police, lors des différents actes du mouvement.

Dans la nuit de vendredi à samedi dernier, au Mans dans la Sarthe, un groupe de personnes portant un gilet jaune, s’est regroupé devant la maison de Marlène Schiappa.

Dans un post Facebook, la Secrétaire d’État a dénoncé les faits. Selon Marlène Schiappa, son mari, leurs deux enfants et une amie de l’un de ces derniers ont été « violemment tirés du lit par une quarantaine de gilets jaunes furieux qui ont déboulé devant chez nous sous nos fenêtres en hurlant des slogans agressifs, des menaces de mort, en jetant des pétards vers la maison avec des outils sifflets cornes de brunes etc. » Le bruit a réveillé les enfants qui « se sont levés en pleurant et criant », effrayés par la situation et par des slogan tels que : « Schiappa, on est venu te crever ! »

Marlène Schiappa a annoncé  qu’une plainte a été « évidement déposée » car, explique la Secrétaire d’État : « Je peux subir un certain nombre de choses avec résistance et résilience mais j’ai une ligne rouge On ne touche pas aux enfants. Cette violence chez elle, dans la maison familiale, là où ils dormaient paisiblement, est intolérable ! »

Accoutumée a une forme de violence dans le débat public et aux menaces diverses et variées au quotidien, je n’en fais…

Publiée par Marlène Schiappa sur Dimanche 26 mai 2019

(Le post de Marlène Schiappa sur Facebook)

La plainte déononcée par Marlène Schiappa, a suscité la réaction de Jérôme Rodrigues, l’une des figures médiatiques des Gilets Jaunes qui a perdu l’usage d’un oeil blessé par un tir de LBD.

Lundi soir, sur le plateau de CNews, le leader « jaune » a demandé à Marlène Schiappa, tout en condamnant les violences verbales et physiques, si elle comptait aussi porter plainte pour  « les femmes se faire déshabiller dans la rue, ou quand elle sont trainées par les cheveux par des policiers » ou bien  « quand son collègue LREM se permet de me traiter de débile profond sur un plateau de télévision ». Jérôme Rodrigues a fait référence aux déclarations du député d' »En Marche ! » Jacques Marilossian qui, sur le plateau de  Bfm TV avait défini Jérôme Rodrigues de « débile profond ».

Quelques jours après, le 23 avril, Jacques Marilossian a apporté une clarification sur ses propos via facebook. Toujours sur le plateau de CNews, Jérôme Rodrigues a réitéré sa condamnation pour « toute violence physique ou verbale mais » il a ajouté « je ne vais pas pleurer sur son sort » (de la Secrétaire d’État, ndr). Il a continué en affirmant : « j’aimerais bien l’entendre (Marlène Schiappa, ndr) sur les violences faites aux femmes pendant les manifestations. J’aimerais bien l’entendre sur les gens qui ont été éborgnés. J’aimerais bien l’entendre sur les gens qui ont été mutilés. J’aimerais bien l’entendre sur la répression ».

(Le tweet de Jérôme Rodrigues, avec la vidéo de sa réaction aux paroles de Marlène Schiappa)


A lire également :

* Christophe Chalençon devrait déposer un recours « pour faire invalider les élections »
* Jérôme Rodrigues : « On va d’abord s’occuper de la France et puis après on s’occupera de l’Europe »
* Gilets Jaunes : la bataille des estimations de la mobilisation fait rage

 


(crédit photo à la une : Capture d’écran Twitter – Compte de Jérôme Rodrigues )

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à