fbpx

Tristan Roulot : « Le rhum du nouveau monde, et de Martinique en particulier, est au cœur de tous les changements qui ont mené à notre société moderne »

Cette BD ramène les lecteurs en 1690, quand le sucre était alors une denrée rare pour le Roi Soleil. La France devait intensifier le commerce triangulaire et encourager plus de travailleurs à aller dans les îles et quitter la métropole. Une histoire qui a des points communs avec notre quotidien selon Tristan Roulot, scénariste de la BD.

propos recueillis par

Pour quelle raison avez-voulu parler des « origines » du Rhum ?
Pour une bonne saga familiale, il faut un argument fort, à même de traverser les âges. Le rhum du nouveau monde, et de Martinique en particulier, est au cœur de tous les changements qui ont mené à notre société moderne, qu’il s’agisse des grands conflits européens, de l’exploitation du continent africain ou de l’avènement de l’Amérique du Nord comme puissance économique. Et le décor est propice à une belle aventure, où le sang se mêle vite au sable et au bleu du ciel, et où la tragédie peut conduire à l’espoir. Tous les ingrédients d’une formidable fresque.

« Le père Labat est unanimement considéré comme « le père du Rhum », un peu abusivement d’ailleurs »


L’héritage colonial français suscite toujours beaucoup de réactions. Avez-vous craint d’être mal compris avec cette histoire ?

J’ai fait suffisamment de recherches pour proposer un panorama solide de la Martinique à la fin du XVII ème siècle. Néanmoins, je ne suis pas historien de formation, mais juriste, et mon objectif a été dès la première phrase de raconter un récit divertissant et enrichissant, tout en entraînant le lecteur à la suite de personnages avec leurs failles et leurs forces, et surtout dotés du compas moral de leur époque.

Vous avez également introduit un homme d’Église parmi les personnages principaux. Un autre choix à contre-courant ?
C’est historique, tout simplement. Le père Labat est unanimement considéré comme « le père du Rhum », un peu abusivement d’ailleurs. Il n’a pas inventé le rhum, qui existait avant lui, mais il en a en quelque sorte rationalisé la production. C’était un sacré personnage, touche-à-tout, aventurier, romanesque à souhait.  Je me suis beaucoup inspiré de ses mémoires, de façon à me plonger dans l’esprit du temps. Le rapport à la vie et là la mort, à la nature, à l’autre n’était pas du tout le même qu’aujourd’hui. L’Histoire à mon sens sert à cela : savoir d’où l’on vient et constater le chemin parcouru.

Vous vous êtes inspiré aussi de quelques situations d’actualité pour écrire l’histoire de cette BD ?
Rien en particulier, mais il y a certainement des choses dans cette histoire qui résonnent encore aujourd’hui. L’exploitation de l’homme par l’homme, la quête de la richesse et de l’amour, ce sont des thèmes aussi vieux que notre mémoire.

Comment avez-vous travaillé avec le dessinateur sur ce projet ?
Lorsque je le pouvais, je lui ai envoyé des références picturales. Mais la plupart du temps, il s’agissait de descriptions textuelles. Après, il a fait travailler sa magie et son immense talent pour les rendre vivants.

A la fin de l’album on annonce une suite… Elle est prévue pour quand ?
Le scénario est déjà en cours d’écriture, je dirais… Rendez-vous à l’année prochaine.

 

Rhum Héritage
Editions Robinson
Auteur : Tristan Roulot
A paraître le 22 mai 2019

 

 


(Crédit photo à la une : Tristan Roulot – © Tristan Roulot)

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à