fbpx

Jewish Monkeys : « Nous amenons une vision comique et critique avec quelque chose de très gai, dans un show musical »

Venus de Tel Aviv, les Jewish Monkeys font de la musique une déclaration d’amour et des moments de joies. Rodés aux scènes européennes, ils enchaînent les concerts aux quatre coins du monde avec une musique bigarée et multiculturelle. Gaël Zajdner, l’un des deux chanteurs du groupe nous en dit plus sur les Jewish Monkeys nés il y a 6 ans en Israël et leur rapport à la paix et à la musique comme vecteur social d’unité.

propos recueillis par

Comment se sont passés les débuts de Jewish Monkeys ?
On a commencé il y a six ans, après dix ans d’amateurisme. Nous nous sommes lancés avec beaucoup d’espoir et d’illusions, d’instabilités et de changements rapides au sein du groupe. Ce fut en réalité une folle idée de deux rêveurs. Cela a formé quelque chose de substantiel. Rapidement les gens intéressés sont restés et le groupe a commencé à évoluer sérieusement.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le nom du groupe ?
Ce fut un moment de lucidité créative de notre chanteur Yosi.. comme les monkeys sont d’origine juive… sans être tout à fait conscients de la corrélation historique de ce nom…

Est-ce que les Jewish Monkeys sont-ils un groupe de rock ou est-ce totalement autre chose ?
Si on regarde le rock dans une perspective plus large, on peut reprendre certaines notions du rock.. Mais comme le mot « Art » qui reste indéfini, c’est en réalité la même chose avec le Rock, et c’est pareil avec les Jewish Monkeys.. On peut dire également que notre groupe se situe entre le rock et la musique du monde, des notes du Moyen-Orient avec des racines d’Europe de l’Est et des Balkans, ainsi qu’une touche juive.

Vous avez commencé à jouer et vous faire connaître à Tel Aviv. Comment expliquez-vous votre succès à l’étranger ? Qu’est-ce qui fédère les gens autour de votre projet musical ?
On a commencé a Tel Aviv. Cependant, notre orientation est européenne. Nous avons décidé de nous diriger vers l’étranger. A nos débuts, nous étions appréciés en Europe parce que nous proposons peut-être à notre public européen quelque chose qu’ils ont perdu, il y a 75 ans. Avec les Jewish Monkeys, nous amenons une vision alternative comique, critique mais en même temps quelque chose de très gai, dans un show musical. C’est une combinaison réalisée sur différentes couches. Les Jewish Monkeys sont un groupe très familial autant que curieux, exotique et fun.

En quelle langue chantent les Jewish Monkeys et pourquoi ?
Nous chantons essentiellement en anglais mais il y a également du Yiddish et du français. J’espère que bientôt, nous pourrons chanter en espagnol et en arabe. Nous aimons explorer nos racines et faire bouger les frontières toujours plus loin. C’est un mélange culturel du passé et du présent, mais un peu du futur aussi. Peut-être que c’est cette tendance universaliste juive qui aujourd’hui est commune dans cette période multiculturelle et dynamique. Pour des raisons tragiques, nous avons été le premier peuple à devoir immigrer sans cesse et nous adapter incessamment à de nouveaux pays.

Deux chanteurs dans un groupe, c’est une formation assez atypique. Pourquoi ce choix ?
Nous étions au début trois puis l’un d’entre nous a quitté le groupe. Et nous rêvions tous les deux de chanter. Sur scène, ce format marche parfaitement bien. Si nous devions ajouter ou enlever au notre groupe, nous y perdrions beaucoup.

On a lu que les Jewish Monkeys jouent dans des camps de réfugiés et que le groupe est clairement engagé pour la paix. D’après vous, quel est le moyen d’action d’un groupe comme le votre ?
C’est une bonne question. Comment faire le bien et essayer de combattre le mal en étant juif israélien, sans tomber dans la bassesse politique de l’identité et de la haine ?
Notre réponse passe d’abord par l’unité de la musique, le langage des émotions universelles qu’elle produit surtout lorsque la musique dont on parle est faite de joie, et qu’elle est faite pour danser et sauter. Puis nous utilisons l’humour comme arme, une certaine forme d’autodérision.
Quand tu sais te moquer de toi-même, tu transmets un message critique pour ces mauvais côtés de l’existence sans faire de la provocation envers les autres, sans faire de mal et sans blesser. C’est un équilibre délicat. En somme, nous essayons de transmettre la joie, l’amour et l’autocritique sans nous prendre au sérieux. C’est très juif et très humain à la fois !
Danser ensemble avec les réfugiés syriens et afghans fut une expérience très significative pour nous, une occasion de surmonter cette réalité difficile pour quelques instants. Il est dommage que nous ne pouvions en faire plus.

Quel regard portez-vous sur l’antisémitisme contemporain ?
Comme je l’ai dit plus haut, vous comprendrez pourquoi je préfère ne pas répondre. Notre rôle est de faire oublier que nous sommes différents et rappeler, en somme, que nous sommes les mêmes.

Si un seul message devait émaner des Jewish Monkeys, quel serait-il ?
Il faut laisser tomber la peur pour retrouver la liberté, où il y a la joie et l’amour. Quand on y parvient, tout va mieux. Alors faites-le avec nous et notre musique.

Jewish Monkeys
www.facebook.com/JewishMonkeys

( crédit photos D.R)

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à