fbpx

Stomp percute Montpellier Danse

par

Les princes du tempo, les « Stompers » de la célèbre troupe britannique, ont enflammé l’Opéra Berlioz dans le cadre de la saison 2018-2019 de Montpellier Danse.

Folie rythmique et décor urbain tranchent rapidement avec la tranquillité et la sobre parure de l’opéra. Les « Stompers » sont clairement là pour repousser les limites voire braver les interdits accentués par des panneaux routiers bien visibles en arrière plan. Un singulier vent de liberté souffle sur scène et emporte tout sur son passage…

Ça commence d’ailleurs avec un affolement de balais, manière de nettoyer les mirettes et de dépoussiérer les tympans ! Théâtre gestuel et comique visuel s’entremêlent. Des couvercles de conteneurs métalliques sont transformés en cymbales. S’ensuit des enfilades de chariots de supermarché, des bondissements sur bouées géantes, des tambourinements sur bidons perchés ou sur de vieux éviers, des torsions de tuyaux, des froissements de journaux, des crépitements de briquets, des grésillements de boîtes d’allumettes : les performances s’enchaînent à une cadence effrénée !

1h40 de percussions, n’est-ce pas trop répétitif à la longue ? Détrompez-vous ! Les Stompers jouent à fond la carte de la différence. D’abord, on l’a dit, ils usent d’objets banals du quotidien pour produire une saisissante et originale symphonie. Puis le recyclage, la réutilisation, ne sont-ils pas dans l’air du temps ? Ensuite, autre force et non des moindres, l’humour est omniprésent : il sustente un spectacle qui pourrait être platement rythmique.

« Nous cherchons le sens du rythme, le sens de l’humour et le charisme pour monter sur scène et avoir un dialogue sans mot avec le public. Tout le monde ne peut pas le faire. Être un super danseur ou un super batteur ne signifie pas nécessairement que vous serez un super Stomper », confiait Steve McNicholas, l’un des directeurs de Stomp, à propos de l’incroyable virtuosité du show.

Et au vu du rendu et de sa pérennité (28 ans, joué plus de 20 000 fois, vu par 1 million de Français et 4 milliards de téléspectateurs dans le monde pendant la clôture des JO de Londres en 2012), on ne peut que comprendre l’engouement du public et la standing ovation montpelliéraine (bien méritée).

Belle prise pour Montpellier Danse qui poursuit sa saison avant le coup d’envoi de la 39ème édition du festival, du 22 juin au 6 juillet 2019.

Stomp
Chorégraphie et décor : Luke Cresswell et Steve McNicholas
Création lumière : Steve McNicholas
Stompers : Phil Batchelor, Paul Bend, Chelsey Jane Foster, Sarah Golding, Angus Little, Andrew Patrick, Adrien Rakotondrajao, Dominik Schad, Rhys Shone, Jamie Welch
Production : Gérard Drouot Production
Durée : 1h40
http://stomp.co.uk

Montpellier Danse
http://www.montpellierdanse.com/

( crédit photo / Stomp )

Laissez votre commentaire

Il vous reste

9 articles à lire

M'abonner à