Assassinats de journalistes : la Fédération Internationale des Journalistes lance l’alerte

par

73 journalistes ont été tués en 2018, 600 lors de ces six dernières années. Ces chiffres ont été communiqués par la Fédération Internationale des Journalistes pour alerter sur la condition de la presse et des journalistes dans le monde.

L’FIJ porte son attention en particulier sur cinq pays : la République Démocratique du Congo, le Mexique, le Yémen, l’Afghanistan et Malte. Et certaines informations sont édifiantes : «  Au cours des six dernières années, plus de 600 journalistes ont été tués. Neuf cas sur dix restent impunis. L’impunité règne. Des centaines de journalistes sont emprisonnés et des journalistes sont quotidiennement attaqués, battus, détenus, harcelés et menacés. Les cyber-attaques, le piratage informatique, le harcèlement en ligne, en particulier des femmes journalistes, menacent de plus en plus la sécurité numérique, créant ainsi une crise de la sécurité pour les professionnels de l’information » selon l’FIJ.

Cela peut paraître surprenant mais le petit archipel méditerranéen, membre de l’Union Européenne, semble être un territoire hostile pour les journalistes. Selon la Fédération Internationale des Journalistes « depuis le meurtre de la journaliste d’investigation Daphne Caruana Galizia le 16 octobre 2017 lors d’un attentat à la voiture piégé dans la ville de Bidnija, l’impunité demeure en raison de l’absence d’une enquête publique indépendante et de la réticence du gouvernement maltais à passer de manière concrète à l’action ».  En effet, dans une interview accordée à Putsch, l’artiste maltaise Pia Zammit (proche de Daphne Caruana Galizia) déclarait : « Nous avons une situation ridicule où les deux principaux partis politiques ont leurs propres médias ».

« La campagne  #endimpunity 2018 vise à tenir responsables les gouvernements et les gouvernements de facto pour leurs records d’impunité explique » explique la FIJ dans son site. « Elle vise à dénoncer tous les crimes ciblant les journalistes qui restent impunis. Le meurtre est la plus haute forme de ces crimes mais toutes les attaques ciblant les journalistes restant impunies doivent être dénoncées ».

 


Pour aller plus loin…

Le site de la Fédération Internationale des journalistes

 

 


(Crédit photo : capture d’écran du site de la Fédération Internationale des journalistes)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à