Nicolas Dupeux : « Le public a besoin de revenir à des fondamentaux, à des racines : vivre « en live » un événement »

Trois ans après d’importants travaux de rénovation et sa transformation en AccorHotels Arena, la salle parisienne affiche clairement ses ambitions : s’affirmer parmi les trois premières arénas dans le monde. Positionnement, programmation, accueil des JO de 2024 : le point avec son directeur général, Nicolas Dupeux.

propos recueillis par

Après trois ans passés à diriger Disney Business Solutions, chargé des événements spéciaux, du BtoB , du sport et de la musique à Disneyland Paris depuis janvier 2018, vous êtes à la tête de l’Accorhôtels Arena. Quelles sont vos missions au sein de cette entité ?

Je dirige AccorHotels Arena. A ce titre mes missions, qui sont celles d’un directeur général, sont à la fois classiques, variées et passionnantes. Elles consistent à la fois à exprimer une vision, un cap, une stratégie pour projeter l’entreprise dans les années à venir, à moyen et long terme avec une volonté d’affirmer un positionnement fort, devenir l’acteur référent de son secteur et s’inscrire dans la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques que l’on accueillera en 2024 puisque nous sommes un des sites retenus.

Il s’agit d’une mission de stratégie générale d’entreprise, d’organisation et de mise en œuvre. C’est une entreprise qui accueille les plus grands concerts mondiaux, les grands événements sportifs mais qui reste, et c’est ce qui fait sa force, une PME de moins d’une centaine de permanents avec des collaborateurs très engagés, qui connaissent bien la salle et qui sont des experts rassurants pour nos clients producteurs et organisateurs. Globalement voilà mes grandes missions avec cet enjeu d’affirmer l’AccorHotels Arena comme l’un des grands cœurs battants de Paris pour le sport, la musique et les spectacles. Nous sommes troisième Arena mondiale, selon le classement 2016 du magazine spécialisé Pollstar, derrière l’O2 de Londres et le Madison Square Garden de New York avec 1 600 000 spectateurs sur 140 dates. Ce sont des chiffres qui parlent et qui donnent tout de suite le positionnement de l’Arena. Nous sommes une grande référence du secteur.

« …les spectateurs cherchent aujourd’hui cette rencontre avec l’artiste, ce moment émotionnel, ce moment de communion ».

Pour accueillir les grands événements, Paris disposait déjà de cette grande Aréna qu’est Bercy mais aussi d’un Zénith, d’un Palais des Sports, du Stade de France et depuis quelques mois Paris La Défense Arena. On peut même dire que vous êtes en concurrence directe avec cette grande Aréna. Qu’apportez-vous de plus ?

Plusieurs éléments sont à prendre en compte. Tout d’abord il est vrai qu’il y a une multiplication du nombre de lieux et de salles qui ont ouvert à Paris : Paris La Défense Arena, La Seine Musicale, la Philharmonie, le Zénith va être rénové, une nouvelle Aréna va être créée dans le cadre des Jeux Olympiques. Mais il n’y a pas que Paris, il y a Bordeaux avec une magnifique Arena, Aix-en-Provence, Lyon qui s’est offert un second stade. Cela signifie que nous sommes sur un marché porteur. Le marché du live est en croissance forte, le marché de la billetterie est également en croissance, le prix des billets augmente. Le public a besoin de revenir à des fondamentaux, à des racines : vivre en live un événement. La révolution de l’industrie musicale fait que les ventes de disques ne sont plus du tout ce qu’elles étaient même si le téléchargement a progressé. Il n’en demeure pas moins que les spectateurs cherchent aujourd’hui cette rencontre avec l’artiste, ce moment émotionnel, ce moment de communion.

Cette multiplication est liée à un marché en croissance, un mouvement de fond qui est celui de recréer du lien émotionnel et rationnel entre un artiste et son auditoire. Par ailleurs, je considère que cette concurrence entre les salles est saine. Cela permet de se remettre en question, de ne pas oublier un élément fondamental qui est le client qu’il soit le producteur, l’organisateur, le spectateur (notre client final) ou nos partenaires et entreprises. Quand on est seul on a tendance à penser pour soi. La concurrence permet de bien s’assurer que le client est au centre des préoccupations, au centre de toutes nos réflexions. Je prends cette concurrence comme une opportunité de nous remettre en question, de nous renouveler. Pour ce qui est de Paris La Défense Arena, cette concurrence n’est pas tout à fait frontale. En effet Paris La Défense Arena a une dimension de stade couvert. Les tournées de productions musicales proposent généralement des kits qui tournent de ville en ville. Souvent l’artiste et sa production font le choix d’une tournée en stade ou en aréna. Un kit de stade est surdimensionné en aréna et le kit d’aréna serait un peu sous-dimensionné dans un stade. Paris La Défense Arena va donc se retrouver plus en concurrence avec un stade de France.

Capture d’écran du site AccordHotels Arena

Là ou l’on peut se retrouver en concurrence c’est lorsqu’un artiste va vouloir faire une sorte de résidence et aura le choix entre huit AccorHotels Arena ou quatre Paris La Défense Arena. La promesse que l’on fait à nos artistes c’est notre ADN, notre histoire. On aura 35 ans l’année prochaine. C’est 35 ans de passion, d’émotions. Tous les grands artistes sont passés ici, toutes les pages du sport indoor se sont écrites ici. Si U2, Britney Spears, Justin Timberlake, Elton John pour ne citer qu’eux viennent chez nous c’est parce qu’ils se sentent en confiance, proches de leur public. Ça c’est une promesse réelle qu’ils ont depuis plus de 30 ans. Notre histoire, notre ADN, la qualité de la salle voilà nos vraies forces. Ce sont toutes ces valeurs qui font la différence au-delà de la taille et de la nouveauté. L’artiste est un créatif, sa passion c’est de la transmettre à son public. Ici ils se sentent en confiance, ont une relation très forte avec leur public grâce à une vraie proximité. il n’y a pas d’erreur : cette salle est une valeur sûre. Beaucoup nous disent que venir jouer dans cette salle est un marqueur dans leur carrière. Au même titre que faire un Olympia est un marqueur même si la salle est plus intimiste.

Tout le monde a une histoire avec la salle, chacun a un souvenir qui l’aura marqué, un flashback « j’ai vécu ça ici ». Voilà ce qui nous différencie des autres au delà de notre modernité. Nous offrons cette double particularité entre le rationnel d’une salle qui est efficace et l’émotionnel avec une salle qui a une histoire dans laquelle les artistes et les spectateurs ont vécu un souvenir fort.

Parlons de la salle avec les mises aux normes et d’une modernisation pour répondre aux exigences d’aujourd’hui. Trois ans après la rénovation, qu’en est-il ? Êtes-vous satisfait des travaux réalisés ?

Je suis satisfait pour plusieurs raisons. Un gros travail a été fait sur l’acoustique, ce qui est un élément clé, un élément fondamental car l’artiste est quand même là pour jouer sa musique. Le second point réside dans le travail important qui a été fait sur le confort de l’assise, de l’accueil. C’est unanimement reconnu. Enfin c’est aussi la flexibilité de la salle qui nous différencie. Nous avons une trentaine de configurations différentes de jauges possibles, qui vont de 6 000 à 20 000 spectateurs. On peut donc adapter la taille de la salle au nombre de personnes. C’est un moyen d’aider le milieu musical. Cela peut permettre à un artiste de commercer avec une jauge de 8000 et puis si les ventes suivent de monter en puissance à 10 000 ou plus. Grâce à des rideaux de jauge, des gradins rétractables, en occultant nos balcons, nous sommes capables de garder cette puissance émotionnelle et cette intimité. Nous avons également beaucoup investi dans les nouvelles technologies, infrastructures wifi et la vidéo. Nous avons aussi donné à cette salle un côté chic et élégant. Tout le monde connaît ce style architectural du bâtiment extérieur, sa forme iconique, ses pelouses inclinées… Enfin, il a été créé un dispositif d’accueil composé de salons et de loges qui n’existaient que très peu avant les travaux. En résumé, notre ADN, notre histoire est ancienne, nous puisons notre force dans nos racines mais le bâtiment est moderne et ultra fonctionnel. Quand les deux se conjuguent, on a le meilleur du meilleur. Et en plus, nous sommes au cœur de Paris, c’est ultra accessible.

 

« L’année a été très riche. La prochaine saison s’annonce tout aussi intense »

 

A propos de la programmation 2018/2019. Vous allez accueillir ici des manifestations sportives mais aussi des événements musicaux. Quelle est votre vision pour personnaliser cet espace, donner une âme à la salle ?

Si on fait un retour sur cette saison nous avons accueilli Elton John, NTM, Justin Timberlake, Iron Maiden, Katy Perry, Shakira, Metallica, Britney Spears entre autres ainsi que beaucoup d’évènements sportifs. Depuis longtemps le cheval n’avait pas investi l’Arena, nous avons accueilli les finales de la Coupe du Monde de Jumping-Dressage, le tennis, du hockey, du e-sport. L’année a été très riche. La prochaine saison s’annonce tout aussi intense. Nous ouvrons avec U2, Indochine viendra clôturer sa tournée, Christine and the Queens, Mariah Carey, Ennio Morricone, Orelsan, Big Flo et Olli se produiront également.. Nous développons aussi le secteur du MICE avec, en juillet 2019, l’accueil du plus grand événement du secteur.

Quels artistes aimeriez-vous programmer ici ? Quels sont vos coups de cœur personnels ?

Mon coup de cœur serait de faire revenir Jean-Jacques Goldman. Cela fait partie des artistes mythiques que j’aimerais voir en live ici.

Un vœu pour AccorHotels Arena, des envies pour le futur ?

C’est une vraie fierté de se dire que ce lieu va vibrer au rythme endiablé des Jeux Olympiques de 2024. C’est la reconnaissance que nous sommes un lieu mythique dans la musique, les concerts mais aussi au niveau du sport. Ça prouve aussi que nous sommes un lieu iconique de Paris, un lieu moderne qui s’inscrit dans le sens de l’héritage. C‘est loin et pourtant c’est demain. Cela nous laisse le temps de travailler sur de nouvelles perspectives, de nouveaux horizons. Laissons libre court à l’imagination.

 

AccordHotels Arena – www.accorhotelsarena.com

 


(Crédit photo à la une : Nicolas Dupeux ©Vincent Blocquaux)

 

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à