Le clash entre Matteo Salvini et Jean Asselborn sur les migrants à Vienne

par

A Vienne aujourd’hui se réunissaient les ministres des pays européens pour discuter d’immigration. Un thème qui divise les gouvernements des vingt-sept pays européens. Preuve en est que la discussion s’est rapidement envenimée entre Jean Asselborn et Matteo Salvini.

Lors d’une intervention du ministre italien de l’intérieur, Matteo Salvini, le ministre luxembourgeois des affaires étrangères, de l’immigration,Jean Asselborn l’a interrompu avec un « Merde alors ! ».
A l’origine de cette réaction, une déclaration de Matteo Salvini :  » L’Afrique peut représenter une opportunité et pas seulement un problème mais seulement si on passe des paroles aux faits concrets « . Matteo Salvini a poursuivi en disant  « La Chine investit 120 milliards d’euros sur trois ans et nous avons du mal à trouver quelques centaines de millions d’euros« .
Ensuite, Matteo Salvini a indiqué que l’Italie a connu un manque de solidarité de la part de ses partenaires européens . « Je siège dans le gouvernement pour aider nos jeunes à recommencer à avoir des enfants » a dit Salvini. « Je ne suis pas là pour faire partir les meilleurs jeunes africains, afin qu’ils remplacent les jeunes européens qui, pour des raisons économiques, eux, ne font plus d’enfants. Ce sont deux visions complètement différentes. Peut être au Luxembourg, il y a cette exigence. En Italie, nous voulons aider nos jeunes à avoir des enfants plutôt qu’avoir de « nouveaux esclaves » pour remplacer ces enfants qui ne naissent plus« .
Assis tout près, le Ministre luxembourgeois a alors éructé suite aux propos de Matteo Salvini  » Au Luxembourg, nous avions des dizaines de milliers d’italiens comme migrants, qui ont travaillé – s’est insurgé Jean Asselborn – pour que vous en Italie, vous puissiez avoir de l’argent pour élever vos enfants…  » Puis le chef de la diplomatie du Grand-duché a terminé avec énervement en disant « Merde, alors ! »

 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à