Download Festival 2018 : Les mastodontes du rock aux portes de Paris !

par

Dans cette ancienne base militaire située aux portes de Paris, la troisième édition du Download Festival marque un peu le début des vacances.

Pendant quatre jours, on vient ici pour faire la fête et danser jusqu’à l’aube, emmené par la crème du rock internationale. Rencontre avec Fred Bazil, Digital Manager chez Live Nation France.

Vous lancez la troisième édition française du Download Festival. Quel est votre regard sur le parcours de ce festival très populaire au Royaume Uni ?

C’est un festival de légende, entre le Download et son prédécesseur des Monsters of Rocks, tous les plus grands noms du Rock y ont été programmés, et l’implanter en France était un véritable défi que nous avons relevé avec une énorme envie, même si la tâche est loin d’être accomplie car une relation entre un festival et les fans se construit sur la durée. Mais en deux éditions, le Download Paris fait déjà partie des incontournables.

Après une première édition sur l’hippodrome de Longchamp en 2016, vous avez migré sur la base aérienne 217 de Brétigny-sur-Orge. S’éloigner autant de la Capitale c’était un pari un peu risqué, non ?

Alors déjà d’un strict point de vue géographique, nous ne sommes pas vraiment partis très loin ! Je suis parisien donc je connais la difficulté que représente pour certains congénères le fait de franchir le périphérique, mais nous restons aux portes de Paris et il vous suffit d’une demi-heure pour vous retrouver en compagnie des géants du Rock ! Plus sérieusement, le choix de la BA 217 nous permet d’accueillir dans les meilleures conditions un public qui vient de toute la France et de toute l’Europe. Il était impossible de proposer un accueil à la hauteur de l’événement sur le site précédent. Il était impossible à l’Hippodrome de proposer une offre de parking gratuit, c’est maintenant chose faite, et désormais, notre camping – qui est situé littéralement à un mètre du site du festival – est en mesure d’accueillir l’ensemble des festivaliers. C’est d’ailleurs bien plus qu’un simple dortoir à ciel ouvert, c’est un véritable lieu de vie avec bien évidemment des bars et de la restauration mais aussi et surtout une scène dédiée qui prendra chaque soir et chaque matin le relais du festival, et d’un cinéma qui programmera des films alternatifs grâce à la complicité de Panic Cinéma.

On l’a compris l’affiche est résolument métal, punk rock et rock alternatif. Comment et sur quels critères, avez-vous construit la programmation 2018 ?

C’est un travail de très longue haleine, sur plus d’un an. On travaille d’abord sur les têtes d’affiches : on regarde qui tourne cette année, qui sera présent, et c’est à partir de là qu’on va construire les parcours qui mèneront chaque jour les fans d’un groupe qui viendra désormais hanter ses playlists jusqu’à une légende qui y figure depuis longtemps. Et cette année question légende inutile de dire que vous serez servis ! Un festival qui commence avec Ozzy Osbourne pour se terminer par Guns N’ Roses en passant par les Foo Fighters et Marilyn Manson, c’est un rêve éveillé. Vous l’aurez d’ailleurs noté cette année il y a quatre jours, pour la simple et bonne raison qu’en raison des agendas de chacun de ces géants on a préféré jouer les prolongations plutôt que de devoir renoncer à l’un d’eux …

En quelques chiffres, quelle est la taille du site ? Combien de scènes au total et combien de spectateurs allez-vous accueillir ?

C’est un autre énorme atout de ce site par rapport à ce qu’on peut trouver à Paris intramuros : il est extensible. Cette année, on repart sur la même formule qu’en 2017 : quatre scènes sur le site et une cinquième sur le camping. Etant donné que le festival aura lieu sur 4 jours on s’attend à voir au total 150.000 fans.

Combien d’employés sont mobilisés sur l’édition 2018 ?

C’est un énorme défi de créer de toute pièce une véritable ville pendant quatre jours. Entre le montage dix jours avant le coup d’envoi du festival et le démontage qui prend quatre jours, c’est au total 1500 personnes qui vont se relayer, tous avec un contrat de travail : il n’y a pas de bénévoles au Download.

Dans le grand bouleversement de l’industrie musicale et le déclin des majors et des labels, la baisse sensible de la fréquentation, le spectacle vivant subit lui aussi les effets de la crise mondiale actuelle. Comment appréhendez-vous l’arrivée AEG Presents sur le territoire français ?

On va continuer à faire notre métier avec le même engouement et la même passion. Ça fait plus de dix ans que nous sommes implantés en France, avec des équipes cent pour cent françaises. Nos fondations sont solides et on prend le même plaisir à repérer et à développer les talents français de demain qu’à organiser les concerts démesurés des plus grandes stars mondiales.

La concurrence entre les festivals de l’été est rude. En quoi Download se différencie-t-il de l’autre grand festival metal, le Hellfest ?

À mon sens, les deux festivals sont complémentaires, le Download n’est pas un festival de Metal, mais c’est une célébration de la grande famille du Rock, dont le Metal fait partie. Ce qui nous permet de proposer une programmation qui s’adresse à un plus large public. Après, la principale différence, c’est que nous n’en sommes qu’à notre troisième édition. Nous travaillons tout au long de l’année pour grandir, c’est en écoutant notre public, et ses retours positifs et négatifs qu’on écrira avec lui l’histoire du Download en France.

Que pouvez-vous mettre en place pour fidéliser le public, qu’il est envie de revenir ?

Il faut qu’il se sente chez lui, qu’il s’approprie le festival. C’est la base. Si vous organisez un festival en pensant à autre chose qu’aux fans vous êtes mort et il faut changer de métier. C’est pour le public qu’on a déménagé l’an dernier, pour pouvoir répondre à l’énorme demande en matière de camping : de 4000 campeurs en 2016 on est passé à 15000 l’an dernier ! C’est toujours pour le public qu’on a décidé de proposer une scène et un cinéma sur le camping. Cette année, notre priorité est toujours axée sur l’accueil et le confort des festivaliers : on travaille par exemple sur la création de points d’ombre sur le site tout en renforçant sa décoration. Un festival ne doit pas être une simple succession de concerts mais un lieu que l’on s’approprie et qu’on a plaisir à retrouver chaque année. Les fans qui viennent depuis 2016 verront une nouvelle fois sur place les progrès accomplis, ce sont eux nos meilleurs ambassadeurs.

Quels sont les prochains grands chantiers pour valoriser encore plus cet espace ? Un espace dédié au développement durable et à la sensibilisation aux problématiques environnementales ? Un espace dédié à l’art culinaire comme au Lollapalooza ?

Il y a deux limites : les finances et l’imagination. Les deux sont liées et aucune ne doit jamais être un obstacle à l’autre car c’est toujours dans la contrainte que naissent les meilleures idées. Le Download est encore en construction, c’est l’un des plus jeunes festivals en France puisque c’est sa troisième année. La BA217 est un outil de travail formidable et nous réfléchissons déjà à tout ce qu’on pourra apporter aux fans cette année et dans les années à venir. Pour le moment, nous pérennisons les animations qui existent déjà : par exemple le Metal Market, l’Antichambre du Download avec ses tatoueurs et ses barbiers ou l’espace gaming. Sur le camping, l’an dernier nous avons travaillé avec des maraîchers locaux pour proposer autre chose que de la saucisse frites et le succès a été phénoménal. Nous avons constaté qu’il y avait une vraie demande et ils reviendront cette année. Si le succès est à nouveau là, on réfléchira à étendre l’offre à l’ensemble des festivaliers.

Quelques mots pour finir un vœu Download festival ? Des envies pour le futur ?

Un voeu : longue vie au Download ! Le futur ? C’est ce week end !

 

© PUTSCH – Toute reproduction non autorisée est interdite

 

PROGRAMMATION 2018

Vendredi 15 Juin 2018

MAIN STAGE
21h45 – 23h30 : OZZY OSBOURNE
19h05 – 20h20 : OPETH
17h15 – 18h05 : POWERWOLF
15h55 – 16h35 : BILLY TALENT

MAIN STAGE 2
20h25 – 21h40 : GHOST
18h05 – 19h05 : ALESTORM
16h35 – 17h15 : ELUVEITIE
15h15 – 15h55 : WAKAN-TANKA

WARBIRD STAGE
22h00 – 23h00 : CONVERGE
19h20 – 20h20 : UNDERØATH
17h25 – 18h05 : THY ART IS MURDER
15h55 – 16h35 : BURY TOMORROW

SPITFIRE STAGE
20h40 – 21h40 : VANDERBERG’S MOONKINGS
18h15 – 19h05 : SIDILARSEN
16h35 – 17h15 : POGO CAR CRASH CONTROL
15h25 – 15h55 : CELLAR DARLING

FIREFLY STAGE (CAMPING SITE)
0h40 – 1h20 : PETER ALEXANDER BAND
23h40 – 0h20 : HANGMAN’S CHAIR
12h40 – 13h30 : LAURA COX BAND
11h30 – 12h20 : MERGE

Samedi 16 Juin 2018

MAIN STAGE
21h55 – 23h25 : MARILYN MANSON
19h30 – 20h30 : AVATAR
17h40 – 18h40 : HOLLYWOOD UNDEAD
16h00 – 16h50 : TURBONEGRO
14h40 – 15h20 : CROSSFAITH

MAIN STAGE 2
20h35- 21h50 : THE OFFSPRING
18h40 – 19h30 : NOFX
16h50 – 17h40 : BETRAYING THE MARTYRS
15h20 – 16h00 : ALCEST
14h00 – 14h40 : WILD MIGHTY FREAKS

WARBIRD STAGE
22h10 – 23h10 : MESHUGGAH
19h20 – 20h30 : ULTRA VOMIT
17h50 – 18h40 : THRICE
16h10 – 16h50 : TAGADA JONES
14h40 – 15h20 : WHISKEY MYERS

SPITFIRE STAGE
20h50 – 21h50 : TREPONEM PAL
18h40 – 19h30 : MANTAR
17h00 – 17h40 : NOTHING MORE
15h20 – 16h00 : SKINNY LISTER
14h10 – 14h40 : DED

FIREFLY STAGE (CAMPING SITE)
0h40 – 1h20 : GALACTIC EMPIRE
23h40 – 0h020 : CEMICAN
12h00 – 12h40 : BAD COP BAD COP
11h00 – 11h40 : JEAN JEAN

Dimanche 17 Juin 2018

MAIN STAGE
21h00 – 23h30 : FOO FIGHTERS
18h50 – 19h50 : THE HIVES
17h00 – 17h50 : FRANCK CARTER & THE RATTLESNAKES
15h30 – 16h10 : WOLF ALICE
14h10 – 14h50 : THE NOFACE

MAIN STAGE 2
19h50 – 20h50 : MASS HYSTERIA
17h50 – 18h50 : DEAD CROSS
16h10 – 17h00 : ROYAL REPUBLIC
14h50 – 15h30 : THE STRUTS
13h30 – 14h10 : TEACUP MONSTER

WARBIRD STAGE
18h50 – 19h40 : PERTURBATOR
17h00 – 17h50 : SLAVES
15h30 – 16h10 : GRAVEYARD
14h10 – 14h50 : STARCRAWLER

SPITFIRE STAGE
19h55 – 20h55 : EGO KILL TALENT
18h00 – 18h50 : LANDMVRKS
16h10 – 17h00 : ARCANE ROOTS
14h50 – 15h30 : THE LAST INTERNATIONALE

FIREFLY STAGE (CAMPING SITE)
0h40 – 1h20 : IN SEARCH OF SUN
23h40 – 0h20 : NESSERIA
12h00 – 12h40 : STONE BROKEN
11h00 – 11h40 : KAISER FRANZ JOSEF

Lundi 18 Juin 2018

MAIN STAGE
20h00 – 23h30 : GUNS N’ ROSES
18h20 – 19h10 : VOLBEAT
16h40 – 17h20 : JONATHAN DAVIS
15h20 – 16h00 : BARONESS

WARBIRD STAGE
18h50 – 19h50 : SEETHER
17h20 – 18h20 : GRETA VAN FLEET
16h00 – 16h40 : THE PINK SLIPS
15h00 – 15h40 : THE G

FIREFLY STAGE (CAMPING SITE)
12h00 -12h40 : JARED JAMES NICHOLS
11h00 – 11h40 : GRIT

D’ici là, revivez le Download Festival Paris, édition 2017 et le Download Festival Paris, édition 2016.

Infos pratiques :
Download Festival 2018 à Paris
Les vendredi 15, samedi 16, dimanche 17 et lundi 18 juin 2018
Base aérienne 217 de Brétigny-sur-Orge / Le Plessis-Pâté, située à 30 minutes de Paris
Tarifs : 69 € le Pass 1 jour / 165 € le Pass 3 jours / 224 € le Pass 4 jours

.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à