Antoine Duplessis : une belle écriture classique et une fin triste

par

L’auteur publie sous pseudo, mais comme l’éditeur révèle les titres de ses précédents livres historiques, on découvre qu’il s’agit de Jean-Luc Gourdin, 68 ans.

Comme lui, le narrateur est un sexagénaire qui se plonge dans ses souvenirs et raconte son amour pour Lucille, folle de musique alors qu’il préfère les sciences et la littérature, mais aussi leurs voyages. Une histoire d’amour vraisemblablement autobiographique, avec ses joies, ses déceptions, ses tensions, véritable autopsie d’un couple. Un hymne à la beauté, à l’art. De Bach à Balzac, de Mozart à Stendhal, l’auteur nous fait partager son enthousiasme, comme il le fait avec Lucile. Belle écriture classique, scènes peintes comme des tableaux baignés de lumière. Et une fin, triste, forcément.

Lucile ou le cercle des songes, d’Antoine Duplessis (Editions François Bourin, 7 juin).

 

© PUTSCH – Toute reproduction non autorisée est interdite.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à