Printemps des Comédiens : le Festen réussi de Cyril Teste

par

Le metteur en scène Cyril Teste illumine le Printemps des Comédiens avec Festen, sa dernière création adaptée du film éponyme. Une belle performance scénique et cinématographique.

Festen, c’est l’histoire d’un secret de famille révélé pendant la fête d’anniversaire du patriarche. Pour ceux qui n’ont pas vu le film danois de Thomas Vintenberg et Mogens Rukov, la création de Cyril Teste peut être une surprise encore plus grande. Ici, théâtre et cinéma s’entremêlent dans une sublime scénographie et d’un jeu d’acteurs précis.

L’aspect cinématographique naît du caméraman chargé de filmer la fête : les images sont projetées au-dessus de la scène et le spectateur suit les comédiens sur les planches ou en coulisse. Par une habile mise en abîme, nous suivons l’histoire sous différents angles et points de vue.

« Festen revisite dans sa substance la notion du théâtre même, puisque c’est par la théâtralité d’une réception que tout se joue. Et si chaque membre de la famille doit lire un texte à l’assemblée pour honorer l’anniversaire du père, c’est par le récit en public que le fils se réapproprie la vérité et interrompt la représentation – ou plus exactement la commence. Festen s’écrit comme un plan séquence dans lequel le chef opérateur traverse les murs, les fenêtres, les miroirs pour suivre le récit », indique Cyril Teste.

Un minutieux travail d’écriture et des acteurs très investis font également de Festen une véritable réussite. Mathias Labelle interprète un Christian (le fils par qui le secret est révélé) étourdissant de profondeur, tour à tour fragile, perdu et dément.
Car Festen est souvent glaçant. Les thèmes abordés sont l’inceste, le racisme, la misogynie, la différence de classes sociales… Autant dire que cette fête, c’est pas vraiment la joie. Pourtant, la noirceur du scénario est atténuée par des touches d’humour grinçantes issues de l’ivresse de la tablée, ou dans des moments plus oniriques.

Emergent alors de poétiques interludes dans lesquels les personnages se figent pour mettre en lumière une action ou une pensée. Un fantôme peut apparaître à l’écran quand la scène, elle, nous montre un espace vide. C’est justement le tour de force de Cyril Teste : rendre lyrique cette histoire « salace » comme aime à le répéter l’inénarrable grand-mère.

Ces choix artistiques et techniques invitent le spectateur à rester à table et à savourer la performance, sans broncher. La standing ovation à la fin de la première témoigne que Festen restera l’un des moments forts de cette édition 2018 du Printemps des Comédiens.

Festen
De Thomas Vinterberg et Morgens Rukov
Adaptation théâtrale : Bo Hr. Hansen
Mise en scène : Cyril Teste
Avec : Estelle André, Vincent Berger, Hervé Blanc, Sandy Boizard ou Marion Pellissier, Sophie Cattani, Bénédicte Guilbert, Mathias Labelle, Danièle Léon, Xavier Maly, Lou Martin-Ferret, Ludovic Molière, Catherine Morlot, Anthony Paliotti, Pierre Timaitre, Gérald Weingand, ET Laureline Le Bris-Cep.
Production : Collectif MxM
Production déléguée : Bonlieu Scène Nationale Annecy

Du 6 au 8 juin au Printemps des Comédiens de Montpellier

 

Prochaines dates en 2018 :

12 au 16 juin : Les Célestins, Théâtre de Lyon
10 au 12 octobre : Théâtre Bonlieu Annecy
17 et 18 octobre : Théâtre du Vellein, Villefontaine
6 et 7 novembre : Espace des Arts, Chalon sur Saône
14 et 15 novembre : L’Apostrophe, Scène Nationale de Cergy-Pontoise
20 au 24 novembre : Théâtre National de Toulouse
29 et 30 novembre : CDN de Sartrouville
6 et 7 décembre : Scène Nationale d’Albi

 

( Crédit Photo – Simon Gosselin )

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à