Sacré Tabarnak : aucune crainte pour la laïcité française dans ce spectacle survolté

par

Acrobaties, percussions et beaucoup de classe. Ce sont les mots qui résument le spectacle « Tabarnak » du Cirque Alfonse, une compagnie québécoise actuellement en scène à Bobino, jusqu’à samedi 9 juin 2018.

Pendant une heure et demi, les artistes accompagnent le public dans un voyage qui prend petit à petit de la hauteur. En effet, si les premières performances acrobatiques occupent une dimension horizontale, les dernières arrivent presque à toucher le ciel. C’est tout le « mystère sacré » d’un spectacle qui emprunte les codes d’une messe au coeur d’une chapelle imaginaire, sans murs et qui laisse imaginer les grand espaces des forêts et des vallées du Québec.

Ce voyage imaginaire s’accompagne d’un décor musical, orchestré par un guitariste, un pianiste et une percussionniste qui, par moments, abandonnent les instruments pour produire de la musique avec leurs mains et leurs pieds.

Les acrobates, eux (et elles), enchaînent des figures de plus en plus complexes et de plus en plus aériennes dans un style épuré, ironique et musclé. Mais les artistes du Cirque Alfonse ne sont pas ceux d’un cirque « normal ».  Ici, on n’est jamais trop loin de ce que représente le Québec dans l’imaginaire européen : crosses et patins à roulettes pour jouer au hockey, bois de pin, pulls en laine (en rentrant dans le théâtre, on retrouve la troupe qui tricote sur seine).

Les références à la messe jalonnent l’intégralité du spectacle. On y trouve des morceaux du Notre Père prononcés en plusieurs langues, un faux baptême, un Kyrie eleison rock, des cloches humaines et un vitrail à moité trapèze. Mais, il y a rien à craindre pour la laïcité française. Tout est joué de façon décalée pour amuser.

 

TABARNAK
Cirque Alfonse
du 16 mai au 9 juin 2018
Théâtre Bobino ( Paris )
Réservez vos places ici
Le site officiel du Cirque Alfonse

 

(Crédit photos – Cirque Alfonse)

Un moment du spectacle "Tabarnak"
« Tabarnak » du Cirque Alfonse ( DR )

 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à