Cosme : Guillaume Meurice, over the Rimbaud

par

L’humoriste de France Inter présente Cosme Olvera, l’homme qui a percé le secret de Voyelles, célèbre poème d’Arthur Rimbaud.

D’habitude, Guillaume Meurice parle drôlement des gens. Dans Cosme, il parle sérieusement d’un homme. De quoi piquer notre curiosité ! Cet homme, c’est Cosme Olvera, fils d’immigrés espagnols sans diplôme, sans objectif tout tracé, qui va découvrir le sens caché et mystique du poème Voyelles. Autodidacte et passionné de littérature, Cosme nous amène de l’autre côté de l’arc-en-ciel, où la route n’est pas pavée de briques jaunes, mais carrelée de poésie.

La clef de l’énigme de Voyelles est sous nos yeux mais le livre raconte aussi (et surtout) la vie de Cosme Olvera. Et c’est bien ce qu’il y a de plaisant ici, le travail minutieux du héros est intégré dans le récit d’une vie « simple », somme toute banale, d’un homme qui n’aspire qu’à la liberté d’agir et de penser. On suit ses pérégrinations familiales, amoureuses, professionnelles, durant son enfance jusqu’à sa vie d’adulte : les joies, les peines, les réussites et les échecs alimentent ses propres poèmes, à la fois humbles et lyriques.
A l’heure où l’on nous montre l’ordinaire égocentré dans des « réalités » télévisées, nous avons là un homme dans toute son originalité et sa simplicité d’où jaillit l’extraordinaire découverte du secret d’un poème de Rimbaud.
Cette révélation, il ne la doit qu’à lui-même, à sa culture, sa curiosité et sa détermination. Le sens caché de Voyelles peut au final sembler bien moins brumeux que la vie elle-même. Et si tout paraissait plus clair en écrivant ?

« Dans l’écriture, il trouve son remède. Chaque angoisse, instant de doute, frustration est conservé dans une fiole interne. Essence glaciale. Future matière à création. Il ne se morfond pas mais stocke. Expérimente. Choie ses chagrins. Annihilant le concept même de déprime. Produisant l’encre vive de ses futurs sonnets. »

Guillaume Meurice pose son regard et sa plume sur un quidam singulier. Mais le livre démocratise aussi la poésie. Elle n’est pas montrée comme l’apanage des élites et des intellectuels mais elle reste à la portée de tous. Elle peut se révéler dans toutes les situations, tous les objets, toutes les personnes qui nous entourent. Et si une fois décryptée, il faut encore s’attarder longuement sur les mots pour comprendre Voyelles, on a envie de rencontrer Cosme Olvera sans attendre.

Cosme
Guillaume Meurice
Editions Flammarion
Parution : 7 mars 2018
336 pages, 19,90 €

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à