Los Angeles : les bas-fonds d’une ville gangrénée par la violence

par

Au fil des faits divers les plus fameux son histoire criminelle, Los Angeles dévoile sa face obscure, grouillante de plaisir et souillée par le vice.

Au détour de ces ruelles glauques, bars clandestins, relais routiers, casinos flottants, studios de tatouage, maisons de jeux, boîtes de nuit et scènes de crime, vous oubliez totalement que la Cité des Anges est l’une des villes les plus glamour du monde. D’abord, il y a ce petit choc visuel sur la couverture avec ces impacts de balles.
Aucun doute : Dark City vous entraîne à la découverte du Hollywood glauque des années 1920 à 1950. De Sunset Boulevard à Central Avenue en passant par Tijuana, l’anthropologue culturel et expert en design graphique, Jim Heimann, vous convie à une promenade dans un Los Angeles violent et sanglant, peuplé de faussaires, prostituées, prédicateurs et autres gangsters.
Dans les années qui ont suivies la Première Guerre mondiale, avec l’essor florissant de l’industrie cinématographique, la ville s’est transformée rapidement.
D’un ensemble de masures aux ruelles sordides, la ville est devenue une brillante métropole pleine d’avenir. Mais, en chemin, sa façade toujours plus glamour s’est fissurée, révélant sa noirceur avec sa pègre, ses crapules et ses assassins. Avec les milliers de gens qui affluaient vers la ville pour y réaliser leurs rêves et satisfaire leurs désirs, ont déferlé les combines faciles pour s’enrichir rapidement, les fausses religions, le crime organisé et la corruption rampante.

De Sunset Boulevard à Central Avenue saturée de jazz, les faits divers faisaient régulièrement les unes de la presse à scandale quand les célébrités d’Hollywood, les politiciens et les clochards de boulevards étaient les vedettes de crimes les plus sordides.
Durant ces années sombres, Los Angeles devient une ville trépidante qui va inspirer journalistes, écrivains de romans populaires et scénaristes des studios dans la création du genre « noir ».
À travers des reproductions de magazines et tabloïds d’époque « True Detective, Click, Official Detective Stories et Look », le lecteur devient le témoin de ces grandes affaires criminelles. Les photos chocs montrent là un cadavre gisant dans le lit du fleuve, ici une victime violée et scarifiée, une descente de police dans un bar clandestin, l’arrestation de délinquants, les cadavres de Sammy Rummel et Bugsy Siegel célèbres gangsters du Hollywood des années 40. Les clichés en noir et blancs les plus saisissantes : ces centaines de voitures calcinées sur un parking en 1929 ou celle d’Elizabeth Short, jeune comédienne de 22 ans, surnommée “le Dahlia noir dont le corps avait été mutilé, coupé en deux et vidé de son sang. Un ouvrage qui va vous coller des frissons.

The Real Los Angeles Noir. Jim Heimann, Dark City.
Editions Taschen
480 pages

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à