Prix Cazes : Régis Wargnier, lauréat de l’une des plus anciennes distinctions littéraires

par

Le 83e Prix Cazes a été décerné à Régis Wargnier pour son roman « Les prix d’excellence » aux Éditions Grasset.

Le Prix Cazes est l’une des plus anciennes distinctions littéraires. Il est, par ailleurs, aujourd’hui doté d’un montant de 4000 euros. Cette récompense, créée à l’initiative de Marcelin Cazes, continue, au fil des décennies, à révéler des auteurs prometteurs. Comme il avait une clientèle très “intellectuelle”, Marcelin Cazes eut l’idée en 1935 de créer un prix littéraire qu’il décernait chaque année au mois de mars et qu’il dotait à l’origine d’une somme de deux mille cinq cents francs.
Tous les ans, le jury, composé de douze membres et présidé par André Salmon, se réunit avant de déjeuner à la Brasserie Lipp ainsi que le lauréat. Un déjeuner chaleureux où cette année, ça a causé littérature avec Olivier Bellamy, auteur de « Requiem pour un chat » (Grasset) et François Kaïbi, de Valeurs actuelles. Aux tables voisines, le jury et Gilles Martin-Chauffier, Etienne de Montety, Charles Dantzig, Eric Neuhoff et Brigitte de Roquemaurel.
Le jury du Prix Cazes est composé de Joël SCHMIDT (Président), Claude GUITTARD (Secrétaire Général), Mohammed AISSAOUI, Bruno de CESSOLE, Georges-Emmanuel CLANCIER, Gérard de CORTANZE, Nicolas d’ESTIENNE d’ORVES, Christine JORDIS, François-Guillaume LORRAIN, Eric ROUSSEL et la libraire, Léa SANTAMARIA
Le lauréat : Régis Wargnier est cinéaste. Il a notamment réalisé Indochine (1991), avec Catherine Deneuve, qui a obtenu un succès mondial, remportant un Oscar et cinq Césars. Les Prix d’excellence est son premier roman.

Les prix d’excellence, ce sont Mathilde et George, vingt ans d’écart : elle, une fille de la bonne bourgeoisie textile du nord de la France ; lui, le fils d’un G.I. et d’une Vietnamienne, adopté par de petits épiciers parisiens. Dans les années 80, Mathilde, passionnée de cinéma, rompt avec sa famille, fait sa vie avec un cheminot, devient scénariste ; George suit de brillantes études en Suisse, puis part pour les Etats-Unis où il se spécialise dans la biologie. Lorsqu’ils se rencontrent, en 1989, leur entente est immédiate, évidente. Ils ne deviennent pas amants, car chacun aime intensément de son côté (Mathilde, son mari ; George, un Nord-coréen), mais ils se savent unis par la passion.
Ils s’écrivent, ils s’admirent. Le succès vient, et l’espoir : Mathilde est primée pour un film à Cannes, George fait des découvertes scientifiques de première importance. Mais le vieux monde, celui de la convention et de l’envie, n’en veut pas : une cabale se monte. Mathilde et George recevront-ils le prix d’excellence de la vie ? Une histoire d’amour romanesque et trépidante, avec, en arrière-plan, les bruissements du monde de mai 68 à nos jours.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à