The ButtShakers : « Nous aimons être des nerds et chercher de nouveaux sons »

Ne pensez pas que la France a du retard sur la scène Soul. The ButtShakers sont la preuve vivante que la Soul est bien présente dans l’Hexagone. Ce groupe lyonnais renforcé par l’arrivée de Ciara, une jeune chanteuse américaine fait trembler les salles et adore par dessus tout les concerts. Leur nouvel album  » Sweet Rewards » est un véritable bonheur à l’écoute

propos recueillis par

Qu’est-ce que représente ce nouvel album dans votre carrière ? Est-ce un nouveau départ ?
C’est notre troisième LP, et l’album sur lequel nous avons passé le plus de temps (composition, enregistrement, pré-enregistrement …). Comme nous avions déjà eu l’expérience de l’enregistrement et de la tournée, je suppose que l’on pourrait dire que nous étions un peu plus «matures» au moment de l’écriture de cet album. Nous avons pris notre temps et nous nous sommes laissés aller. Nous avions toujours travaillé dans le présent, avec un certain sentiment d’urgence. Tout était toujours en live, ou pensé exclusivement pour le show live. Cette fois, nous avons décidé d’explorer toutes les possibilités offertes par un studio: des instruments et des arrangements que vous n’auriez pas forcément sur scène.
Mais je dirais que c’est plus un retour à la source qu’un nouveau départ. Même travailler avec Underdog Records semble plus comme une évidence que quelque chose de nouveau. La première fois que nous avons rencontré Maxime, c’était comme si j’avais rencontré un vieil ami.
C’est notre première sortie sur Underdog, et c’est tellement génial d’être sur un label aussi vibrant et féroce avec tant d’artistes et de groupes talentueux (Flox, Otis Stax, The Bongo Hop, John Milk, et la liste est encore longue…). Nous sommes honorés d’être dans une telle écurie. C’est quelque chose de rafraîchissant, de motivant qui nous pousse à aller de l’avant. J’aime cette idée de «retour à la source» parce qu’elle fait appel à l’idée de se nourrir l’esprit. Cet album et ce nouveau partenariat avec Underdog Records nous ont vraiment nourris, nous ont donné un feu.

Quels secrets cache le titre de votre album ?
Comme le titre le dit, cet album a une certaine douceur, une tranquillité que nous n’avions jamais vraiment explorée auparavant. Il y a une liberté que nous n’avions pas avant, qui était un point de départ pour nous laisser explorer différents aspects de nous-mêmes en tant que musiciens. Ce qui en est sorti était ce sentiment de bien-être. Depuis le début du processus d’écriture, nous avons décidé que nous voulions vraiment essayer de faire des « chansons », d’exprimer une émotion.

Pourquoi avoir fait ce retour vers la Soul ?
Nous avions décidé très tôt que nous allions essayer de regarder cet album comme une toile vierge. Et nous avons toujours été poussés par nos impulsions créatrices, quand nous écrivons, nous gravitons habituellement vers les riffs qui sortent naturellement. Nous travaillons beaucoup en jouant ensemble, en faisant des « jams ». Si quelque chose sort qu’on sent tous, nous le poussons en avant et nous l’accompagnons. Donc, beaucoup de notre musique est dirigée par l’instinct.
La musique «Soul» est un genre si vaste, et nous avons donc voulu aller plus loin dans ces racines pour flotter dans les différentes avenues que le genre permet. Je suis allé à Memphis en mode « roadtrip » l’année dernière avec ma famille, et nous avons vraiment fait le voyage touristique. J’ai visité tous les musées (Stax, Sun Records, le Musée National des Droits Civiques), et j’ai beaucoup appris sur l’histoire de la musique soul. Je veux dire, la ville respire juste la musique, la culture américaine. C’est vibrant, et les musiciens et les groupes qui viennent de là ou qui y sont attirés le montrent. Et ce que j’ai appris, en particulier de la visite de Stax, c’est l’influence écrasante de la musique folk, country et Americana qui a inspiré les artistes soul (comme Carla Thomas et Otis Redding). Nous oublions facilement que lorsque beaucoup de ces artistes grandissaient, le rock’n’roll, le rhythm’n’blues et la musique soul n’étaient pas joués sur les radios, ça n’existait même pas. La plupart des gens, surtout dans le Sud, ont grandi en entendant la musique country à la radio. Cette influence seule était spéciale, et il en est de même pour la musique gospel et traditionnelle.
Et puis, dans un ville comme Memphis, avec la mélange des styles entre le rock’n’roll, country et rockabilly qui sortent de Sun, vous obtenez des groupes comme Booker T. et les MGs, Wendy Rene et The Drapels. Donc « retourner » à la soul, c’était vraiment nous ouvrir à une musique que nous jouions depuis un moment.

Quand on lit votre revue de presse, c’est une effusion de styles qui vous est attribué. Comment vous définissez-vous musicalement ?
Nous sommes un groupe de soul, ce qui veut dire et peut dire énormément des choses. Nous n’essayons pas vraiment de rester sous une forme ou une autre, il y a beaucoup d’agilité dans cet album parce que le genre le permet. Il y a tellement de styles de musique qui ont influencés ou était influencés par la musique soul, alors en tant que musicien, vous avez beaucoup de place pour essayer les choses. Nous avons toujours été guidés par nos spectacles live et ils peuvent devenir assez torrides. Il y a quelque chose de viscéral et de corporel dans notre interaction avec la foule et ça donne de la musique – comme je l’ai dit, nous sommes un groupe de soul.

Est-elle engagée ou militante ? On pense notamment à In the City ?
«Engagée» semble plus approprié que militante. Nous avons toujours écrit des chansons à connotation politique (certaines plus évidentes que d’autres), parce que nous écrivons sur ce qui nous touche, ce qui nous affecte. Nous essayons de rester à l’écart du terme « militant » parce qu’il semble (à mon avis) comme un mot si fermé. C’est une connotation négative, il y a une notion selon laquelle quelqu’un qui est militant est «extrême» dans ses opinions. J’ai l’impression que le militant est trop souvent synonyme de militaire, il y a une idée de rigueur, de fermeture. Et je ne pense pas que vous pouvez être un humain et rester fermé au monde autour de vous. Nous changeons constamment, même légèrement, par ce qui nous influence.
Lorsque vous créez quelque chose, il y a toujours un risque qu’il soit mal interprété ou réinterprété. En tant que chanteur, je ne veux pas être catalogué dans une chanson ou par mes paroles. Il n’y a pas de vérité absolue et nous n’essayons pas de prétendre que nous connaissons les réponses. « In the City » ne concerne pas nos opinions ou nos positions politiques, c’était une chanson écrite sur une réaction à une situation. À ma réaction personnelle à la réaction des gens autour de moi. C’est une sorte de jeu de miroir pour moi en essayant de passer à travers une émotion, un sentiment d’impuissance. Cette chanson m’a aidé à mettre des mots dans mes pensées.

The BUTTSHAKERS

Si vous deviez définir The ButtShakers, que diriez-vous ?
Je définirais nous par ce que nous offrons. Nous essayons d’être aussi authentiques que possible, dans notre musique et dans nos spectacles. C’est un peu comme l’expression «ce que vous voyez est ce que vous obtenez». C’est pourquoi on nous appelle souvent un groupe de soul « raw », parce que nous sommes plutôt à fleur de peau.

Vous évoquiez chez nos confrères de LyonCapitale.Fr «  les saloperies rationnelles » de votre musique. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Haha … ouais, comme je le répète, nous sommes un groupe de soul! Il y a des «thèmes» réguliers dans ce genre de musique, et vous finissez par exposer votre vie personnelle tout le temps. Il y a un certain niveau de frustration dans notre musique (ce qui donne ce côté abrupt et funky). Surtout dans mes paroles il y a de la frustration, soit avec moi-même, soit avec la société ou ma vie amoureuse. Mais je pense que tout le monde a différents niveaux de frustration dans leur vie, avec leur travail, leur famille, peu importe. Nous sommes tous juste en train de chercher à comprendre la merde et à nous améliorer dans le processus. Voilà ces saloperies rationnelles !

 

Ciara, pouvez-vous nous raconter les conditions de votre arrivée dans le groupe ?
Je suis d’abord venue à Lyon en tant qu’étudiante Erasmus, et je traînais enville pour essayer de rencontrer des gens. Une nuit, j’ai rencontré des gars à la recherche d’un chanteur pour leur groupe de reprises, et j’ai donc essayé. Le groupe a beaucoup changé au cours des premières années, mais avec l’arrivée de Vincent Girard à la basse en 2009, puis de Sylvain Lorens (guitare) et de Josselin Souternon (batterie) en 2011, les choses se sont vraiment stabilisées. Nous avons vraiment eu le temps à se connaitre et savoir écrire ensemble et cela a formé une véritable unité musicale. Nous connaissons les goûts des autres et leur façon d’exprimer leurs idées, de sorte que le processus d’écriture est vraiment fluide entre nous. Je n’ai jamais pensé, dans un million d’années, qu’une seule réunion allait créer ce groupe, et cela deviendrait vraiment notre vie. Mais c’est ce qu’est un groupe, ton autre amant.

Quelles sont vos influences Soul chez The Buttshakers ?
Je pourrais vous donner un dictionnaire complet de nos influences, nous sommes tous des passionnés de musique, des collectionneurs de disques. Nous aimons être des « nerds », chercher de nouveaux sons, creuser profondément dans les artistes que nous aimons, mais je pense que les sons et les artistes qui nous ont le plus influencé sur cette album sont probablement Wendy Rene, Little Ann, Joe Tex, Curtis Mayfield, Saun & Starr / Charles Bradley.

Pourquoi avoir ajouté des choeurs ?
Pourquoi pas ? Il y avait un réel désir de laisser plus d’influences gospel, et le format «appel et réponse» des chansons gospel était quelque chose que nous voulions avoir sur l’album. En 2015, on a commencé d’ajouter des choristes sur notre 10 pouces « Soul Kitchen ». Nous n’avons jamais utilisé de choristes auparavant sur un enregistrement, ce n’était jamais quelque chose auquel nous avions pensé auparavant. Mais c’était la première fois que nous pensions à des choristes, alors nous les avons utilisés comme une réflexion après coup et nous ne leur avons pas donné l’espace qu’ils méritaient. Cette fois-ci, on voulait qu’elles prennent plus de la place, qu’elles forment une vraie section. Alors nous sommes entrés dans le processus d’écriture en sachant que nous voulions avoir plus de voix pour donner plus de profondeur aux sons.

Si vous deviez définir votre album en deux mots, que diriez-vous ?
Amour et Unité (bande de hippies…)

 

The ButtShakers – Sweet Rewards ( UnderDog Records )

wwww.thebuttshakers.com

 

 

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à