Pierrat Brothers : du bon usage des pièces à conviction

par

Les Pierrat Brothers sont les nouveaux Dupont Dupond. Sauf qu’avec eux c’est du sérieux. Pour preuve, leur livre à quatre mains, fondé sur le bon usage de pièces à conviction dans quantité d’affaires criminelles.

Souvent déterminants, ces objets du crime vont de la cordelette ayant servi à ligoter le petit Gregory Villemin à la cuisinière de Landru. Trente-cinq affaires sont envisagées. Tout commence en 1817, lorsqu’on découvre dans l’Aveyron, le cadavre d’Antoine Bernardin Fualdès, un notable. Ce banal fait divers provincial constituera la première affaire judiciaire médiatisée au monde, inaugurant la justice spectacle. Donnant parfois l’impression d’être doué d’ubiquité, l’avocat Emmanuel Pierrat est orfèvre en la matière. En 1889, l’affaire dite de « la malle sanglante de Millery »voit pour la première fois la police scientifique identifier un corps grâce aux cheveux de la victime.

Quelques grand procès défilent à la barre, de l’assassinat de Jaurès à celui du juge Michel, de l’odyssée de Landru à la tuerie d’Auriol. Des noms: Marcel Petiot, Albert Spaggiari, Patrick Henry, Simone Weber. D’autres, qui laissent un goût amer : Christian RANUCCI, Omar Raddad, Gregory Villemin. Puis le type de forfait attestant qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil, celui du curé d’Uruffe, l’homme qui aimait trop les femmes et additionnait les conquêtes comme, avant lui, quelqu’un multipliait les pains. Il avait « de la verve à revendre » (une coquille orchestrée par les instances épiscopales ?). Guy Desnoyers tua sa maîtresse, l’éventra (avec un couteau de …scout), donna les derniers sacrements à leur enfant qu’elle portait, avant de s’acharner sur le petit corps. L’étonnante clémence du jury ne laissa pas d’interloquer. Dans la presse de l’époque, Béatrix Beck, auteur de « Léon Morin prêtre », prix Goncourt 1952, avait intitulé son intervention « Ayons la force de ne pas juger »…

« Pièces à conviction »

Emmanuel Pierrat & Jérôme Pierrat

Dessins Aleksi Cavaillez

Editions La Matinière

29,90 euro

L’ouvrage est illustré de nombreux documents d’archives, notamment issus du musée du Barreau de Paris, dont Emmanuel Pierrat est le conservateur distingué. Son frère Jérôme est journaliste.

Lire aussi dans nos actualités littéraires :

Dominique Noguez : neuf (pro)positions pour faire l’humour

Langue française : les journalistes respectent-ils les règles ?

François Hollande : Marc Large et Guillaume Meurice, la touche corrosive

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à