Sempé : son rêve de devenir pianiste

par

Par Marc Emile Baronheid – Sempé dévoilé par Jean-Jacques : un régal ! C’est le fruit de conversations avec Marc Lecarpentier, rapportées en regard des dessins de ce nouvel album dédié à la musique et aux musiciens.

Passion pour le jazz, amour pour Debussy, admiration pour Ray Ventura et son orchestre : on s’étonnera moins d’apprendre que Sempé rêvait d’être pianiste. On ne saura jamais ce que la musique a manqué. En revanche, on continuera de se féliciter que le destin ait orienté le cheminement de celui qui raconte ses dîners fantasmés avec Duke Ellington, son émotion à l’écoute d’un premier disque, sa dilection pour les chansons de Paul Misrahi ou Charles Trenet « qui touchaient à la grâce avant que la légèreté devienne suspecte ».

« Musiques – conversations avec Marc Lecarpentier», Sempé, Denoël/éd. Martine Gossieaux, 35 euros
En 1955 paraît dans un magazine belge la première planche des Aventures du Petit Nicolas, signée par deux galapiats nommés Sempé et Agostini. Le pseudonyme latin dissimule Goscinny, qui multipliait à l’époque les collaborations. Dès 1959, les compères produiront à visière découverte, pour Sud Ouest Dimanche le personnage du Petit Nicolas tel qu’il deviendra célèbre. Présentée sous forme de gags en une planche, cette BD originale est destinée alors aux adultes et aux enfants, tant il est vrai que « L’enfant est un adulte, et l’adulte le reste si peu » (Goscinny).
« Le Petit Nicolas – la bande dessinée originale », dessins : Sempé/ textes : Goscinny, Imav éditions. 12,90 euros

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à