PLUMEDEUGENIE

Le Plumier d’Eugénie : « La rentrée littéraire a peu d’influence dans ma librairie »

Par BSC NEWS – Le Plumier d’Eugénie est une libraire installée à Mugron, un petit village de l’Aquitaine. Forte d’une histoire locale et enracinée dans la vie d’une commune d’Aquitaine, la gérante nous confie les enjeux d’une telle mission littéraire dans le monde rural. La librairie s’évertue à sortir des sentiers battus et à proposer à ses lecteurs des ouvrages oubliés des médias.

propos recueillis par

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots la genèse de votre librairie ?
Le Plumier d’Eugénie est l’une des plus anciennes librairies du département. Elle aurait été créée dans les années 50 par un oncle des Frères Bonniface, bien connus dans le monde du rugby. À l’origine, elle devait s’appeler la Librairie Boniface. Aujourd’hui, le nom Le Plumier d’Eugénie lui a été attribué par la propriétaire précédente qui s’appelait Eugénie.
En 2011 j’ai racheté le fond de commerce et j’ai gardé l’enseigne. Ce nom sonne bien et les références historiques et littéraires concernant les femmes nommées Eugénie ne me déplaisent pas.

Comment avez-vous choisi de devenir librairie ?
C’est par hasard si je suis libraire, à la suite d’un licenciement. J’avais déjà envisagé d’acquérir cette librairie à la période où Eugénie l’avait achetée. Mais à l’époque mes enfants étaient petits et mes finances limitées.
Après mon licenciement, ce commerce fut mis à la vente. Mon mari, très grand lecteur, m’a fortement encouragé à me pencher sur la question puisque notre situation s’était sensiblement améliorée.
Pendant 7 ans, j’ai géré bénévolement la bibliothèque de mon village en suivant les formations professionnelles organisées par la Médiathèque Départementale des Landes. Je suis une autodidacte en matière de librairie mais j’ai une formation supérieure en gestion d’entreprise.

Y-a-t-il un profil type de vos clients ?
Ma clientèle est très variée. Elle recherche essentiellement des conseils. Elle se passionne pour une diversité de thèmes et ne suit pas la mode. Elle est atypique face aux palmarès des meilleures ventes. Un livre de qualité, c’est-à-dire accessible à tous, se vendra bien.
Nous sommes sur une petite zone de chalandise et ici les gens se parlent, s’invitent et se rencontrent. Un livre que j’ai apprécié et que je recommande pourra faire de belles ventes au Plumier d’Eugénie.
Peu d’enfants choisissent eux-même leurs livres. On leur en offre régulièrement. Ma librairie permet des choix de lectures différents.
Quant aux adolescents, ils viennent rarement acheter un livre. Ils sont généralement plus friands de séries.
A l’inverse lorsque j’ai la chance « d’en tenir un » j’échange avec lui sur ses projets de lecture et je l’invite à tenter des titres adulte ou plus simplement de découvrir d’autres auteurs.

Dans quels genres se spécialisent votre libraire ? Ou y préférez-vous une portée plus généraliste ?
Le Plumier d’Eugénie est une librairie généraliste. Toutefois je sélectionne moi-même les titres qui seront en vente. Mon objectif étant de présenter des titres dont on n’entendra pas forcément parler mais susceptibles d’intéresser mes clients ou leur apporter de la nouveauté. J’aime présenter des livres qui nourrissent et des livres qui cultivent l’esprit critique.
J’attache de l’importance aux livres jeunesse – je lis tous les albums – et je fais attention aux thèmes récurrents. Il faut de la diversité.
J’attache aussi beaucoup d’importance à la beauté du livre lorsqu’il devient un objet livre.
On commence à voir des éditeurs qui travaillent la présentation de l’objet livre pour en faire des objets collectors. Ces ouvrages procurent du plaisir lorsqu’on les a entre les mains.
J’organise aussi des animations tout au long de l’année pour inciter à la découverte et à la rencontre, le point initial étant toujours un livre que j’ai envie de partager soit pour son thème, son auteur, ou sa maison d’édition.

Concernant la rentrée littéraire, quelle place a-t-elle dans la vie économique de votre librairie ?
Pour la rentrée littéraire de septembre, je me demande encore qu’elle est son influence dans ma librairie. Les médias parlent toujours des mêmes auteurs. Je n’ai pas l’impression que mes clients s’y soient intéressés. Je pense que des thèmes comme le bien être et l’écologie abordés dans cette rentrée littéraire ont eu véritablement de l’influence. Le Plumier d’Eugénie se situe dans la zone d’élevage avicole lourdement impactée par la grippe aviaire, les priorités économiques étaient peut-être ailleurs.

Pour finir, quels sont vos coups de coeur pour cette rentrée littéraire de janvier 2018 ?
Je vais plutôt m’intéresser aux maisons d’éditions moins médiatisées et je vais rechercher des lectures qui s’éloignent de notre actualité… Car je ne suis pas une marchande de livres, je suis libraire et je veux offrir du rêve !

Librairie Le Plumier d’Eugénie
4 bis Rue Frédéric Bastiat
40250 Mugron, Aquitaine

Lire aussi dans nos interviews découvertes :

Pauline Dreyfus : un huis clos décapant sur les coulisses des prix littéraires

Amandine Gay : « Moi, tous les jours, je suis une femme et je suis noire »

Patricia Reznikov : le portrait d’une époque face au Nazisme

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à