Sous la glace : une vision glaçante et ironique du monde de l’entreprise

par

Par Eloise Bouchet – Comment trouver sa place dans un monde qui fait la part belle au profit immédiat au détriment de toute valeur humaniste ? Un monde qui porte aux nues les « winners », ceux qui n’hésitent pas à écraser les autres pour parvenir à leurs fins ?

Dans « Sous la glace », tragi-comédie satirique, l’auteur allemand Falk Richter dénonce avec une ironie mordante une société gelée où l’essentiel réside dans le profit, la consommation et le sexe. Le metteur en scène Vincent Dussart et la compagnie de l’Arcade en proposent une version aussi caustique que glaçante.

Quand l’individu est réduit à n’être que le maillon d’une chaine de productivité sans fin, quelle autre valeur que marchande peut-il donner à sa vie? En-dehors de l’entreprise, les trois personnages, ferrés à glace sur la performance, n’existent pas : abreuvés de concepts vains, de stratégies marketing féroces, d’ambitions ineptes, ils s’avèrent incapables de bonheur.

« Sous la glace », c’est l’histoire de Jean Personne, un consultant en audit, qui se heurte aux impitoyables lois de son entreprise : compétitivité poussée à l’extrême, « traquage » des losers, élimination des plus faibles, exclusion des « vieux ». Testé en permanence, le personnage est même amené à se déguiser en phoque et à danser sur les musiques du Roi Lion, afin qu’on évalue ses « compétences relationnelles ». Son « n+1 » jugera qu’il est trop émotif… Et prompt à l’ironie. Dans ce monde où la règle d’or est « penser, c’est agir », l’action doit prédominer, car « s’immobiliser, c’est reculer. Les autres, eux, ne s’immobilisent pas forcément, ils avancent ». Et vous évincent. Le danger, c’est « un dessèchement intérieur ». Heureusement, les soirées organisées par l’entreprise, entre deux parties de squash effrénées, mettent du baume au cœur.

Dès l’enfance, Jean Personne éprouve un sentiment d’absence au monde, de vertige face à l’existence: qui est-il , existe-t-il vraiment? Jean nait personne : ses parents ne remarquent même pas sa présence. La pièce oscille entre les souvenirs caillés d’une enfance privée d’amour et la vieillesse du personnage, alors confronté au cynisme de son entreprise qui cherche à s’en débarrasser.

Servie par une mise en scène particulièrement soignée, un travail de son et lumière intéressant et un excellent jeu d’acteur, « Sous la Glace » est une vraie réussite. Créant un espace de l’entre-deux, entre enfance et vieillesse, rapport à soi et au monde, intimité et ouverture, Vincent Dussart polarise la scène pour rendre visibles les tiraillements du personnage : aspirations personnelles bafouées, fuite du moi enfant, conditionnement express, étouffement de toute individualité.

Les échos, les souffles glacés et les lumières froides participent de l’impression d’une « aire » glaciaire où les mots, aussi superlatifs soient-ils, sont eux aussi pris dans la glace : adjectifs sans signification réelle, anglicismes creux… Ou quand high speed, merchandising, et feedback deviennent les maitres mots de toute une vie. Les voix formatées, sans vitalité, prennent le pas sur les voix intimes et singulières.

La question se pose : pour qui avons-nous créé ce monde si les humains n’y ont pas leur place ? Et l’auteur d’y répondre avec un humour noir : « pour les caméras, les objets ». Eux qui nous survivront probablement.

Les mardis, mercredis, jeudis, vendredis et samedis à 20h30
Les dimanches à 17h
Relâche le mercredi 20 décembre

Compagnie de l’ARCADE
Texte Falk Richter
Traduction Anne Monfort © L’Arche Editeur
Mise en scène Vincent Dussart
Avec Xavier Czapla, Patrice Gallet et Stéphane Szestak
Scénographie Frédéric Cheli
Lumières Frédéric Cheli et Jérôme Bertin
Création sonore et musique live Patrice Gallet

Production Compagnie de l’Arcade avec le soutien de la Région Hauts-de-France, du Département de l’Aisne, de l’ADAMI, de la SPEDIDAM, de la Faïencerie-Théâtre de Creil, du Palace de Montataire et de la Manufacture de Saint-Quentin.

Durée 1h15

Tarif plein 16€ – Tarif réduit 12€ (sur justificatif : étudiants, – de 30 ans, plus de 65 ans, demandeurs d’emploi, intermittents) – Tarif très réduit 10€ (groupe à partir de 10 personnes, adhérents, partenaires)

A lire aussi dans les actualités culturelles :

Svetlana Alexievitch : une mise en scène bouleversante de Stéphanie Loïk

Exit : une idée originale du Hip Hop et de sa singularité

« Artaud-Passion » : Lorsque le théâtre double la vie

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à