Carnival : un spectacle « cirk’n roll » très électrique pour enfants

par

Par Eloïse Bouchet – Jusqu’au 23 décembre, le Cirque électrique propose Carnival, une création pour enfants aussi poétique que déjantée. Dans ce chapiteau constellé de paillettes et de fantaisies, les artistes nous racontent l’histoire merveilleuse de Ledru, un ogre pas comme les autres.

Le spectacle se savoure comme un bonbon acidulé, dont on garde le goût le plus longtemps possible.

Mine déconfite et allure filiforme, Ledru ressemble à un pantin désarticulé. Tendre et maladroit, il détonne dans la famille des Brutasse. En bon ogre, il devrait rugir mais sa voix est fluette. Il devrait dévorer les enfants mais il en a pitié.

Sorte de Pierrot la Lune, cet ogre raté aime les mots et la musique et rêve d’un cirque poétique, à l’opposé des numéros grossiers que les Brutasse réalisent pour appâter les bambins. Les graciles fildeféristes, trapézistes et contorsionnistes mais aussi l’habile jongleur et acrobate de Roue Cyr, tous affublés de costumes d’Arlequin qui rappellent les sculptures aux matériaux disparates et aux formes géométriques de Folkert de Jong, viennent réaliser ses rêves.

Sur une scène qui tourne comme un manège, miroitent les couleurs rutilantes de l’enfance au rythme des comptines, ballades et musiques rock, composées spécialement par le Cirque Electrique Band et jouées par deux musiciens touche-à-tout, Jean-Baptiste Very et Hervé Vallée, alias Tapman. Également conteur, ce dernier met particulièrement bien en voix, et en valeur, les textes rythmiques et créatifs d’Eugène Durif qui séduisent les petits mais peut-être surtout les plus grands.

Après le spectacle, les enfants sont conviés à une « Free Kids Party », où les ballons de baudruche bigarrés enthousiasment les plus joueurs et les crêpes ravissent les plus gourmands. La musique rock se poursuit… « Et c’est la liberté !».

Textes : Eugène Durif
Mise en scène : Hervé Vallée
Artistes de cirque et comédiens : Marie Le Core, Julie Demont, Antoine Redon, Guillaume Leclercq
Musique live originale : Jean-Baptiste Very et Tapman
Costumes : Antonin Boyot-Gellibert
Lumières : Chaleix
Son : Pierre Pleven
Scénographie : inspirée des Saltimbanques de Folkert de Jong et Picasso et le cirque
Production : Cirque Electrique
Visuels: © Francis Beddok

Jusqu’au 23 décembre,
Au Cirque électrique
Les mercredis, samedis et dimanches à 15h.
A l’exception du mercredi 13/12 : 10h30.

Lire les dernières chroniques cirques :

La Dévorée : le cirque passionné de Rasposo au Printemps des Comédiens

CIRCA : le cirque dans tous ses états à Auch

Printemps des Comédiens : la fugue aérienne de Yoann Bourgeois

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à