Mika Hary : « Le jazz m’influence naturellement « 

par

Par Nicolas Vidal- Mika Hary est une jeune chanteuse israelienne qui commence à se faire une place de choix sur la scène du Jazz Vocal. Son album When Morning Comes est la conjugaison délicate de la poésie et de la chanson. On a aimé la rencontrer car elle parle merveilleusement de la musique et de l’intime.

Comment avez-vous rencontré le chant, Mika Hary ?
J’ai commencé à chanter très jeune. Je ne peux pas dire exactement, mais je sais que j’ai commencé à jouer du piano à 6 ans, et j’ai toujours chanté en jouant. Puis progressivement, c’est devenu plus centré autour du chant et le piano est devenu l’accompagnement. Ensuite, j’ai rejoint toutes sortes de chorales et de groupes de chant quand j’avais 9 ans et je n’ai jamais arrêté depuis .

Est-ce que votre environnement familial et culturel a joué un rôle dans votre carrière ?
Oui définitivement. Ma famille a toujours soutenue ma carrière. Lorsque j’étais enfant, ma mère a identifé très tôt mon talent musical et m’a envoyée dans d’innombrables activités musicales. Nous allions souvent à des concerts ensemble. Quand j’étais petite, j’étais surtout exposée à la musique israélienne et à la musique classique que mes parents écoutaient. La musique israélienne m’a influencée et m’influence encore aujourd’hui. C’est à travers la musique israélienne que j’ai découvert le jazz, ce qui fut extrêmement important pour moi.
Ma famille est très impliquée dans ma carrière musicale à ce jour. Mon père et mon mari sont les premières personnes que je consulte au sujet de décisions importantes. Mon mari est très bon pour m’aider à choisir des chansons à reprendre, par exemple.

Qu’est ce que la découverte de Joni Mitchell déclenché en vous, Mika Hary ? Et pourquoi ?
La découverte de la musique de Joni Mitchell, à 16 ans, a bouleversé mon monde. C’est à travers elle que j’ai pu découvrir le monde des chanteurs et des compositeurs. Je ne pense pas avoir réalisé, avant de l’entendre, que l’on pouvait être aussi bon dans les deux cas. Écouter sa musique m’a donné un langage, un but et c’est devenu un modèle. Sa forte image de voix féminine, sa façon de parler avec franchise de ses expériences intimes, m’a fait sentir quelque chose de spécial. J’étais si fortement attirée par la liberté et l’indépendance qu’elle représentait, que je pense pouvoir dire qu’elle a déclenché en moi le désir de trouver ma propre voix, de créer quelque chose de vraiment original et d’ intrépide, de ne pas se cacher derrière des idées trop complexes, énoncer les choses directement et qui atteignent le cœur des gens, comme elle a fait avec le mien.

Qu’est ce que vous a apporté la découverte des USA et la new school ?
Grande question! Je pense que les gens dans la vingtaine apprennent d’eux-mêmes … En étant avec les autres, cette décennie dans nos vies est centrale pour se connaître nous-mêmes et ce que nous voulons être. Pour moi, New-York m’a permis d’apprendre à me connaître et me fixer des objectifs. Rencontrer des gens du monde entier, et avoir des occasions quotidiennes de découvrir d’innombrables genres de musique et d’art, cela m’a ouvert l’esprit d’une manière qui, je pense, ne se serait jamais produite ailleurs. Être une immigrée et passer quelques années dans une culture qui n’est pas celle avec laquelle tu as grandi est une expérience extraordinaire, être hors de ma zone de confort,. Elle permet d’apprendre à s’adapter à une langue différente, une culture différente. Ce sont des choses qui résonne avec moi encore aujourd’hui …
La New School est un endroit fabuleux pour l’exploration, j’ai rencontré des professeurs extraordinaires qui m’ont vraiment aidé à m’ouvrir et à trouver ma voix. Certains cours m’ont vraiment donné des outils et de la motivation, surtout pour l’écriture. J’ai aussi rencontré d’autres musiciens là-bas, des collègues qui m’ont inspirés et poussés à apprendre, à pratiquer et à être meilleure. Et ce n’est pas seulement de la musique que j’ai apprise à la New School … Je suis une personne curieuse dans l’âme, et j’aime vraiment apprendre et élargir mes connaissances. Étudier la philosophie à la nouvelle école m’a semblé être quelque chose qui est lié à la ville et à l’histoire et au passé de l’université, j’ai rencontré beaucoup de gens intéressants, des enseignants et des étudiants. Aussi certains textes que j’ai trouvés à travers mes cours ont trouvé leur chemin dans mon écriture et ma création d’une manière ou d’une autre. Je crois qu’un auteur-compositeur doit vivre une vie intéressante et expérimenter différentes choses afin d’avoir une palette riche, qui peut développer de nombreux sujets d’écriture. New York City et la New School m’ont définitivement donné cette chance.


x

Votre album a été produit par Matt Phierson à New York. Votre album est plutôt pop avec des influences jazz. Quelle est la frontière selon vous entre les deux genres dans votre travail ?
Je pense que les genres peuvent être très confus et étroits, en fait. Les musiciens les plus inspirants (et artistes, penseurs, créateurs, je suppose que les gens en général) que j’ai rencontrés dans ma vie sont des gens qui font leur affaire de la manière la plus honnête, et restent connectés à une vérité intérieure très puissante. Ils continuent à creuser en eux-même afin de s’ouvrir et de trouver un moyen de représenter quelque chose qui est profond, sans limites et audacieux. Sans tenir compte de leur ego et de ce que les autres pourraient dire ou penser, ils s’efforcent de rester vulnérables – je pense que c’est beaucoup plus important que les genres. Il est peut-être même prudent de dire que les genres doivent être analysés par les critiques et les auditeurs. Pour moi, il vaut mieux que l’artiste s’en tienne à son art et laisse les autres juger. Je me souviens que j’ai commencé à jouer de la musique autour de New York avec mon groupe composé de musiciens de jazz. Pour eux, ce n’était pas vraiment du jazz, mais des non-musiciens qui assis dans le public ont appelé ça du jazz, tout simplement parce que cela comportait de l’improvisation ! Cela dit, je pense que la chose la plus forte que je prends de la musique pop est la forme de la chanson. Le jazz m’influence naturellement car il a une présence si profonde dans mes antécédents musicaux et dans la façon dont je suis tombée amoureuse de la musique. La chose la plus forte que je prends du jazz est sa liberté et son défi constant de toujours trouver quelque chose de nouveau dans une chanson. Lorsque je joue et je chante, je m’efforce de me reconnecter et de me surprendre avec de nouvelles idées dans chaque performance. Et ce qui finit par lier les deux genres n’est pas une chose à analyser pour moi, ce sont mes propres filtres qui ont digérés tout ce que j’ai entendu. Ces filtres m’inspirent, et produisent quelque chose de nouveau qui devient mon propre mélange.

«J’essaye de peindre le portrait de la femme que je suis, celle qui veut être indépendante et qui a besoin immense d’être aimée. Les meilleures chansons sont toujours nées de ce conflit intérieur» Pouvez-vous nous en dire plus en quelques mots ?
Shawn Colvin a écrit une belle phrase dans sa chanson “Sunny Came Home” que je reprends sur mon disque – “Elle est dehors par elle-même et elle va bien”. C’est une phrase simple, mais pour moi, c’est tellement plus. Être «correct» dans le monde n’est pas une chose simple au départ, et encore plus en tant une femme et indépendante. Je pense que ce conflit existe, de vouloir trouver l’amour et quelqu’un sur qui s’appuyer, quelqu’un qui vous tient au courant et vous met au défi, tout en vous réconfortant. Il faut cependant beaucoup de travail pour pouvoir faire les deux, parfois, aimer et être aimé, mais d’un autre côté ne pas s’enfoncer dedans. Pour rester concentré sur les choses qui vous importent, pour aller de l’avant et grandir. C’est, je pense, la seule forme d’amour sain, et il faut beaucoup d’efforts pour trouver un amour comme ça. Et oui, le conflit me pousse généralement à écrire mieux que la sérénité, même si j’ai essayé d’écrire des chansons sur des moments très heureux, je trouve cela très difficile, jusqu’à présent ces chansons sont restées dans mon tiroir, mais je continuerai.

Quelles sont vos références en matière de Jazz ?
J’ai été inspirée notamment par les pianistes plus que par les chanteurs. qui sont le plus souvent des chanteurs/compositeurs. Cela ne veut pas dire que je n’aime pas Ella Fitzgerald et Frank Sinatra, j’adore ! Le chanteur que j’admire le plus dans ce genre (et au-delà) est à la fois une chanteuse et une incroyable pianiste – Nina Simone bien sûr. Elle relie également une tradition de jazz très enracinée mais possède une immense base dans la pop, en ce sens qu’elle respecte et interprète profondément les chansons, au sens le plus noble du terme. Et puis, des pianistes extraordinaires tels que Keith Jarrett, Brad Mehldau et Fred Hersch sont des musiciens que je peux à peu près écouter pour n’importe quelle humeur et qui me font vraiment me sentir bien .

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur le titre de cet album ?
Eh bien, le titre vient bien sûr de la chanson, le single “When Morning Comes”, qui dans la chanson, parle d’une dualité qui résume bien l’album – le désir de réaliser deux choses, parfois légèrement opposées. Dans la chanson elle dit à un amant – «aime-moi ce soir, oublions les règles et« le devoir être», mais s’il vous plaît ne me sauve pas, laisse-moi faire le travail moi-même, demain matin, à la lumière du jour Je trouve mon chemin par moi-même – alors le matin donne la métaphore de la réalité, de la vraie vie, quelque chose dont je ne veux pas m’éloigner et qui laisse la place à la nuit – un temps d’exploration, le côté sauvage peut-être. Mais – ça ne fait pas de la «réalité» ou de la «vie adulte» quelque chose de triste, et c’est pourquoi j’ai aimé que ce soit le titre de tout l’album, il décrit une atmosphère très optimiste, qui laisse espoir le matin. Quelque chose qui affirme que les choses sont plus claires au matin et que, en tant que jeune femme indépendante et forte, je suis prête à affronter le monde et ses défis, et si elle inspire les autres à faire de même, et résonne avec eux, eh bien, je me sentirais très chanceuse.

Mika Hary
When Morning Comes
BMG

( crédit photo Editions du Rey )

Lire aussi dans nos interviews BackStage :

Scott Bradlee : PostModern JukeBox, le phénomène musical vintage

Disiz La Peste : « Le rap est aujourd’hui ce que la chanson était hier »

Lucky Peterson : « Je regardais B.B King et j’ai voulu apprendre « 

BANDEAU PUTSCH KKBBLEVEE1

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à