Don Carlos : les origines du Don Carlo de Verdi à l’Opéra Bastille

par

Par JC Mary – Un siècle et demi après sa création à Garnier, la toute première version de l’opéra de Verdi fait son grand retour à Bastille.
Cent cinquante ans après sa création à l’Opéra Garnier, l’opéra de Paris nous offre une relecture de Don Carlos, ce grand opéra en cinq actes que Verdiremania en 1884 pour la scène italienne.

C’est dans sa traduction italienne que Don Carlos deviendra Don Carlo et va conquérir les scènes mondiales, donnant lieu au mythe d’une version italienne, alors que les deux versions (1866-67 et1884) furent composées sur un texte français.
S’il est un opéra qui se joue des frontières à tous les niveaux, dramatiques et dramaturgiques, c’est bien le Don Carlos de Verdi, oeuvre d’un Italien créée en français, où le climat de guerre avec l’Espagne et la mélancolie des êtres conduisent à porter le regard vers les Flandres. Les thèmes politiques, religieux, historiques, psychanalytiques, s’imbriquent les uns aux autres, resserrant toujours plus étroitement peurs et tabous entre les protagonistes. Krzysztof Warlikowski dépouille cette tragédie hantée par les fantômes, et fait advenir l’intime au cœur d’une fresque imaginaire – dont la vérité s’avère plus vraie que celle des historiens. Cette mise en scène est particulièrement attendue. Dès le premier acte, le rideau devrait se lever sur un imposant dispositif scénique avec sa machinerie imposante, ses projecteurs impressionnants : le cloitre du couvent de St Just sous la forme d’un imposant salon art déco des années 30 qui laissera place tour à tour à un gymnase puis à un tribunal, un loft luxueux et une prison américaine plus vraie que nature, L’idée de ces projections de film en noir en blanc qui plonge le public dans l’ambiance du cinéma muet de la fin des années 20 devrait être une belle trouvaille.

A noter que cette production d’exception réunit sur un même plateau une flopée de pointures lyriques parmis lesquelles Jonas Kaufmann, Sonya Yoncheva, Ildar Abdrazakov et Ludovic Tezier pour ne citer qu’eux.

Si on ajoute à cela un mariage de costumes des années 30, la musique imposante et majestueuse de Verdi, une direction d’orchestre confiée à la baguette de Philippe Jordan , ces dix nouvelles représentations raisonnent déjà aux airs de triomphe. A noter que l’Opéra de Paris programmera Don Carlo, la version italienne de l’œuvre, en 2019.

Don Carlos
Opéra en cinq actes

Musique
Giuseppe Verdi

Livret
Joseph Méry
Camille du Locle

D’après Friedrich Schiller , Don Carlos, Infant von Spanien
En langue française

Du 10 octobre au 11 novembre 2017
Renseignements et réservations : www.operadeparis.fr

( Copyright Photo : Agathe Poupeney / Opéra National de Paris )

Lire aussi dans nos critiques Opera :

Eugène Onéguine : Anna Netrebko et Peter Mattei sous un air de triomphe

Fantasio : Jacques Offenbach renaît au Théâtre du Châtelet

L’Opéra de Quat’sous : une entraînante guerre des gangs

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à