Jazz à Saint-Germain-des-Près 2017 : une édition richissime

par

Par Nicolas Vidal – A l’occasion de cette 17ème édition du Festival Jazz à Saint-Germain-des-Près, Donatienne Hantin et Frédéric Charbaut ont concocté une programmation extrêmement riche autour de plusieurs thèmes. Au coeur du quartier qui incarne le berceau historique du Jazz dans la Capitale, de grands artistes vont côtoyer pendant une dizaine de jours de jeunes talents pour faire vivre et résonner le jazz dans des endroits singuliers et magiques. Donatienne Hantin et Frédéric Charbaut nous dévoilent les trésors de cette nouvelle édition du Festial Jazz à Saint-Germain-des-Près.

Crée depuis 2001, le le Festival Jazz à Saint Germain des Près a depuis traversé sans faillir les années. A quoi attribuez-vous cela ?
C’est un concept singulier avec des concerts uniques dans des lieux exceptionnels. C’est le premier festival de jazz à renaître au coeur de Paris il y a 17 ans. Saint Germain des Près est un quartier qui donne tout son sens à l’événement et lui permet d’être compris par tous grâce à une programmation qui se démarque de la magnifique offre de concerts parisiennes tous les soirs : découverte de nouveaux talents : Shahin Novrasli, Jowee Omicil, des coups de coeurs et surtout des plateaux inédits, des sorties d’albums, des créations et rencontres. A noter le quintet Flavio Boltro ( lire l’interview ici) , Stefano di Battista ( lire l’interview ici) qui invite Robin Mc Kelle ( lire l’interview ici) , ou encore Linda Lee Hopkins, Anne Ducros, Baptiste Trotignon ( lire l’interview ici), Airelle Besson ( lire l’interview ici), Avishai Cohen, Hugh Coltman ( lire l’interview ici) …

Quels souvenirs gardez-vous des premières éditions ? Comment le festival at-il évolué au fil des années concernant la ligne artistique ?
Exhaltants, fous, inconscients, durs, désespérants, magiques et miraculeux. La ligne s’est enrichie mais les constantes restent avec l’apport de nouveaux talents ainsi qu’une belle place faite au jazz français et européen. Il y a aussi le Tremplin Jeunes Talents créé en 2002. On pourra également découvrir des nouveautés avec le Jazz à l’école (deux musiciens apprennent les instruments aux enfants de 4 à 6 ans), le Jazz en prison (depuis une dizaine d’années, nous emmenons le jazz vers les détenus avec des concerts en maison d’arrêt ou en centrale), le Jazz au lycée (échange entre une musicienne et la classe musique d’un lycée), et Scène de femmes (deux formations dont les leaders sont des femmes)


?>

Le jazz peut parfois faire peur au grand public. Comment avez-vous appréhendé votre programmation pour séduire le plus grand nombre de spectateurs ?
Chacun d’entre nous a des peurs ou des préjugés sur des sujets différents mais qui peuvent créer des freins. Ce ne sont que des idées… la musique jouée au festival privilégie la mélodie et l’émotion.
Notre défi n’est pas de remplir de très grandes salles : nos lieux ont aussi été choisis pour le rapport très intime (Maison des Océans, Frigidarium du Musée de Cluny, église Saint Germain des Prés) ou proche avec les artistes (St Sulpice, Sorbonne, Assas…)
Aussi le public vient pour « vivre » une expérience avec les artistes, et la rencontre entre leur musique et un lieu d’exception, souvent inaccessible, ou jamais vu dans ces conditions. Les liens intimes que les festivaliers vont nouer entre leurs émotions musicales et leurs émotions architecturales sont inédites, et, nous l’espérons, addictives !

Cette année, la programmation est une nouvelle fois riche et dense avec les présences notamment d¹Airelle Besson, Baptiste Trotignon, Avishai Cohen, Eric Legnini, Anne Ducros, Robin McKelle, Hugh Coltman ou encore Stefano Di Battista. Comment prépare-t-on une programmation de ce type ?
Il est crucial d’accorder les artistes et leur musique avec les différents lieux du festival en fonction des jauges (de 300 à 1500 places) et du style musical. Il est nécessaire également de prendre en compte l’actualité des artistes qu’il faut coordonnere aux sorties d’albums et à leurs présences en fonction de leurs tournées respectives. Il est important également de faire découvrir les jeunes talents comme Shahin Novrasli ( plus d’infos ici). Puis il est grisant de programmer des coups de coeur. Nous programmons toujours des artistes qui nous ont touchés par leur musique, la profondeur musicale (Baptiste Trotignon), la beauté (Airelle Besson) ou la singularité (Jowee Omicil)

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur le concept de Jazz & Bavardages ?
C’est un tête à tête intime entre un artiste et le public pour l’entendre parler de lui, son métier, sa musique, ses joies et répondre aux questions de l’assistance.
C’est une clé d’entrée au jazz différente du live ; rien de plus passionnant que d’écouter un musicien vous parler des rencontres qui ont changé sa vie, de la fabrication de son dernier album ou des artistes qu’il l‘inspire, pour avoir envie de venir l’écouter le dire en musique…

Concernant la sélection des lieux de concerts et de rencontres, on imagine que cela répond à une savante alchimie entre les artistes et des atmosphères. Comment articulez-vous cela ?
Oui bien sûr, il s’agit de composer avec la sensibilité des artistes, leur notoriété publique (pour remplir les salles) et la personnalité des lieux.
Par exemple l’Eglise St Germain des Prés, il est important de privilégier la trompette, comme Paolo Fresu ( lire l’interview) qui a traversé l’église en jouant ou cette année Airelle Besson et son trio qui vont jouer en acoustique complet.
La Nuit du piano solo, des moments fabuleux avec des concerts qui ont laissé des souvenirs incroyables (Brad Mehldau et ses 6 rappels, Martial Solal, Yaron Herman…) et cette année, un des maitres du piano en France, Baptiste Trotignon ( lire l’interview) qui sera présent pour le Festival.
Saint Sulpice est le Temple du Gospel : majestueux, inspirant et bien pour des musiques chorales. Quant à l’amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne qui est, selon Laurent de Wilde, « le plus grand club de jazz de Paris », c’est un amphithéâtre circulaire et enveloppant, en bois, qui peut tout accueillir
Pour la Maison Des Océans, elle possède une acoustique fabuleuse (on pense notamment au concert de Nick Bärtsch en 2016 en acoustique qui fut fantastique) avec une belle jauge de 450 places

Si vous deviez définir cette nouvelle édition en deux mots, que diriez-vous ?
En trois mots : Vibrez, découvrez, exultez !

Festival Jazz à Saint-Germain-des-Près 2017 – Du jeudi 11 au Vendredi 22 mai 2017

Découvrez l’ensemble de la programmation sur le site officiel du Festival : www.festivaljazzsaintgermainparis.com

Lire aussi dans les actualités culturelles :

Musique : quelques idées de festivals en Europe cet été

Brazil Mash Up : une expérience vidéo et musicale immersive

Nice Jazz Festival 2017 : un programme élargi et passionnant

RATP : Augustin Trapenard prône la poésie dans le métro

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à