Eric Clapton : « Live In San Diego » l’un de ses meilleurs lives

par

Par Jean-Christophe Mary – Le label Reprise édite « Live In San Diego », un dvd qui retrace le concert d’Eric Clapton et son groupe en mars 2007. Le show contient 15 titres complets, entremêlés d’images et de bonus de performances d’Eric Clapton .

Un document à la fois important et plaisant où l’on découvre Clapton au côté de l’un de ses héros : JJ Cale .

Eric Clapton : un grand auteur de chansons avant tout

Longtemps surnommé le « Dieu de la guitare » ou « Slowhand », Eric Clapton est avant tout un grand auteur de chanson. Des chansons entrées dans la mémoire collective qui ont fait plusieurs fois le tour du monde. A ces débuts dans les années 60, que se soit avec les, Yardbirds les Bluesbreakers de John Mayall, puis Cream, Blind Faith, Derek and The Dominos ou avec sa carrière solo, Eric Clapton a constamment redéfini les limites du blues. Aujourd’hui, Eric Clapton reste Clapton et plutôt que de fouiller dans la musique électronique et la surproduction, le surdoué de la guitare se concentre sur l’essentiel, l’émotion que procure une chanson, comme le témoigne ce dvd. Clapton continue de rester le plus grand. Ce document apporte chaleur et émotion de la part de ce guitar hero qui a traversé 50 ans de musique.

IpayOne Center : Eric Clapton enflamme San Diego

Le 15 mars 2007, la tournée mondiale d’Eric Clapton s’arrête au iPayOne Center de San Diego, à l’origine San Diego Sports Arena devenu aujourd’hui le Valley View Casino Center. Dès le premier titre, les guitares vibrent sur ce « Tell the Truth ». Le son puissant, musclé garde toute son intensité sur ce « Key To The Highway ». La guitare se fait funky sur le très entrainant « Got To Get Better in the litre while » la voix chaude et vibrante porte haut ce « Anyday » magnifiquement réorchestré ici.
Ce concert est aussi l’occasion d’invité son ami JJ cale mais aussi les guitaristes Derek Trucks et Doyle Bramhall II autour de quelques classiques. Ici Clapton rend hommage à JJ Cale en reprenant de ses cinq titres. On distingue la marque de fabrique Clapton du fin doigté de JJ cale sur « Anyway the Wind Blows », « After Midnight », « Who Am I Telling You? », « Don’t Cry Sister » et cette reprise énergique « Cocaïne ». Dans « Layla » ou le « Crossroads » de Robert Johnson Clapton offre un traitement rock musclé et affiche clairement son immense talent. Durant tout sa carrière que ce soit en solo ou au sein de différentes formations, Clapton aura fourni tant de versions tant de styles différents qu’il est impossible d’essayer de retrouver les ambiances et les époques ici. Il faut prendre « Live At San Diego » comme un instantané donné il y a dix ans par une légende vivante qui sur scène est vraiment dans son élément. Aucune surprise sur les titres proposés ici qui vont de « Layla », à « Crossroads « en passant par « Cocaine « ou « Tell The Truth » mais les versions sont excellentes aussi bien du jeu, du son que de l’image. Un bel hommage à sa propre carrière ainsi qu’aux guitaristes qui l’ont inspiré.

Eric Clapton « Live in San Diego » avec JJ Cale

Lire aussi dans nos choix musicaux :

Depeche Mode : Spirit, un nouvel album d’une beauté vénéneuse

Fred Chapellier : un détour musical à faire

Fausto Mesolella : les mots de Stefano Benni

Andreas Schaerer : The Big Wig, 65 musiciens pour un album étonnant

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à