Jaroslaw Fret, interview, Wroclaw 2016

Jaroslaw Fret : la nouvelle vague du théâtre polonais

Par Nicolas Vidal – Une brume glaciale enveloppe Wroclaw en ce 16 decembre. Il est près de 17 heures et déja les rues du centre ville sont plongées dans la pénombre. Au café Barbara, QG officiel de Wroclaw 2016, nouveau lieu branché qui incarne une idée de la culture alternative dans la quatrième ville de Pologne, une quarantaine de journalistes étrangers et polonais sont réunis dans une salle attenante au hall pour écouter le discours d’introduction du week-end qui marquera la clôture de la capitale européenne de la culture.
Reportage de Nicolas Vidal depuis Wroclaw.

propos recueillis par

Jaroslaw Fret, directeur de la programmation Théâtre et également président du conseil des commissaires du CEC Wroclaw 2016 est présent. Elégant, dans un style aux intonations dandy, une barbe de 3 jours savamment entretenue, Jaroslaw Fret porte sur lui la simplicité d’un artiste qui réfléchit scrupuleusement à l’identité de sa programmation et sa façon de la diffuser au plus grand nombre.
Quelques minutes après une courte série de discours, nous nous retrouvons assis sur la scène sur laquelle on nous amène des chaises. L’artiste polonais nous accueille avec un large sourire, heureux visiblement de répondre aux questions d’un média francais.

Lorsque nous demandons au jeune directeur quels sont les grands axes sur lesquels il a bâti son programme, il s’empresse de souligner qu’ « il a fallu créer un environnement avec des artistes de Basse-Silésie et plus globalement de Pologne. De nombreux théâtres ont aussi participé à l’élaboration de cette programmation. » Au fil de l’entretien, les yeux bleus de Jaroslaw Fret communiquent une intensité de plus en plus forte alors qu’on l’interroge sur le théâtre en général. Il s’essaie même de nous répondre en francais.
Jaroslaw Fret est affable et intarissable alors que vient la question sur le fil rouge du projet originel « Il y avait deux règles dès le début pour bâtir cette programmation : celle de la diffusion auprès du public ainsi qu’un axe important tout autour de l’éducation. Nous avons également associé des artistes handicapés. Ce qui a mon sens est un bon exemple de notre mission artistique ». C’est poussé par cette philosophie qu’il a bâti, articulé, coordonné l’ensemble de la programmation théâtrale de la capitale européenne de la culture.

Ensuite, Jaroslaw Fret définit sa vision du théâtre et ses enjeux notamment entre la culture du spectacle et du théâtre ainsi que dans leurs différences et leurs complémentarités. « La culture du théâtre doit prolonger la culture du spectacle. De plus, la culture du théâtre correspond à une durée plus longue qui permet l’enracinement d’un peuple à sa propre histoire. »

Quant la structure de l’activité théâtrale en Pologne, Jaroslaw Fret insiste sut le fait « qu’il n’y pas qu’un seul théâtre en Pologne. Il y a aujourd’hui près de 40 théâtres institutionnels d’art dramatique. Mais ces établissements ne sont pas des théâtres de projets. 300 théâtres indépendants existent en Pologne et travaillent différemment des établissements institutionnels car ils ont une portée sociale plus importante et une proximité plus grande avec le peuple. Il ne faut pas perdre de vue que la portée sociale est très importante sur scène en Pologne. »
Nous nous empressons de lui demander quel est son avis sur la fréquentation dans les théâtres et si les programmations sont pensées en fonction du public. « Il est très facile de proposer des choses divertissantes au public à la différence de pièces plus exigeantes. Néanmoins, la culture théâtrale est très bonne en Pologne grâce aux traditions. »

Alors qu’une attachée de presse nous fait signe que nous n’avons plus de temps pour poursuivre cet entretien passionnant avec l’une des jeunes figures importantes du théâtre polonais, nous tentons une dernière question sur l’identité qu’il conclut « Le théâtre permet de toucher différents aspects de l’identité et j’ai souhaité que Wroclaw devienne un centre de réflexion approfondie et plurielle sur l’identité de l’histoire. »

Après une franche poignée de mains, Jaroslaw Fret court déjà vers d’autres sollicitations car Wroclaw vit ses dernières heures en tant que capitale européenne de la culture et Jaroslaw Fret comme les 7 autres directeurs de programmation sont les artisans d’une cérémonie de clôture en apothéose. Et leur temps est précieux tout autant que leur mission culturelle en Pologne.

Le Barbara Café continue de murmurer dans cette nuit d’hiver où de jeunes gens se réchauffent devant des cafés et parlent à bâtons rompus de culture derrière les vitres.

Jaroslaw Fret
Impart 2016 Festival Centre
Komuny Paryskiej 39–41, 50-451 Wrocław, Poland
www.wroclaw2016.pl

(Crédit Photo : DR)

Lire aussi dans nos interviews Théâtre :

Théâtre : Benoit Lavigne redynamise le Lucernaire avec éclectisme

Thierry Balasse :  » Je suis un metteur en scène dont l’axe de travail est le son »

Cold Blood : Michèle-Anne de Mey et Jaco Van Dormael livrent leurs secrets

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à