Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

par

Par Mélina Hoffmann – Pétillante, énergique, cynique, délicieusement déjantée, subtilement provocante, peste juste ce qu’il faut : Elodie Poux a surtout un style bien à elle et un grain de folie totalement assumé qui fait un bien fou.

Après douze années passées à travailler auprès des enfants, la jeune femme a décidé d’en faire le thème principal de son spectacle ou, autrement dit, de vider son sac.
Elle met en scène avec un humour grinçant et une écriture audacieuse des situations plus ou moins caricaturées de la vie quotidienne dans lesquelles interviennent les enfants. Enfants auxquels elle prête une voix que nous sommes troublés d’entendre tant elle semble véritablement sortie du corps d’un chérubin.
Les parents ne sont pas épargnés non plus, et la comédienne passe d’un personnage à un autre avec une très belle énergie.

Entre deux sketchs, Elodie Poux – parfaitement à l’aise dans l’exercice d’improvisation – n’hésite pas à créer une grande proximité et à jouer avec le public d’une manière très naturelle et spontanée, sans rien perdre de sa malice. Aussi, mieux vaut penser à venir accompagné de son second degré !
On rit franchement et on passe un très bon moment devant ce spectacle déjà récompensé par 33 prix d’humour en 23 festivals !
Seul petit bémol toutefois, on regrette quelques blagues déjà souvent entendues si l’on fréquente un peu les spectacles d’humour, ainsi que le manque de variété dans la manière de jouer de la comédienne qui reprend notamment la même voix quel que soit le personnage qu’elle interprète.

Et si l’humour noir domine tout au long du spectacle, Elodie Poux n’en reste pas moins attachante car on sent bien qu’il y a beaucoup d’amour et de douceur là-dessous, ce que la conclusion du spectacle nous confirme d’ailleurs avec un message plein de poésie et d’optimisme.

Le Syndrome du Playmobil, elle vous expliquera de quoi il s’agit, et vous verrez que c’est finalement assez contagieux !

Le syndrôme du Playmobil
One-woman show d’Elodie Poux
Ecriture et mise en scène : Florent Longépé

Théâtre Les Feux de la Rampe, 75 009 Paris.
Les lundis, mardis et mercredis à 20h00.
+ Représentation exceptionnelle le vendredi 9 décembre à 19h30 au bateau théâtre Le Nez Rouge, 75 019.

Lire aussi nos actualités Spectacles et One Man Show :

Max Casaban : un regard drôle et sensible sur l’homosexualité

Les anciennes odeurs : un texte vibrant de Michel Tremblay sur l’amour

Julie Villers : le petit grain de folie belge qui fait du bien !

Ribambelle : Virgile Daudet ne vous laissera pas une minute de répit

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à