Le Mystère Chtokavien : une bande dessinée à deux vitesses

par

Par Boris Henry – À l’été 1942, Travis et sa mère emménagent dans un hôtel de Manhattan suite à la mort de son père dans le Pacifique pendant la guerre. Travis sympathise immédiatement avec des jeunes du quartier qui testent son courage, en le mettant au défi de porter une lettre à son étrange voisin de palier. En suivant le vieil homme, Travis est témoin de faits surprenants.

Comme bien des histoires de science-fiction, ce premier tome des Trois fantômes de Tesla entremêle contexte historique, réflexion politique et éléments inattendus véhiculant une atmosphère particulière. Il agrège la plupart des qualités et défauts d’autres bandes dessinées de ce genre. Cet univers est judicieusement élaboré et décrit, ses ambiances sont séduisantes, mais tout cela a un air de déjà-vu. Le lecteur oscille entre le plaisir de s’embarquer dans cette aventure et le regret qu’elle ne soit pas davantage originale et qu’elle n’aille pas plus loin.
Parmi les points forts de cet album, le dessin fouillé de Guilhem qui marie bande dessinées classiques franco-belges et américaines. Quant à la mise en couleurs de Richard Marazano, elle privilégie l’obscurité et porte avec justesse l’aspect mystérieux et fantastique du récit.

Le mystère Chtokavien
« Les trois fantômes de Tesla » t.1
Éditions Le Lombard
Scénario et couleurs de Richard Marazano, dessins de Guilhem
48 pages en couleurs
13,99 euros
Date de Parution : 2016-08-26

Lire aussi dans nos actualités sur la bande dessinée :

Juan Díaz Canales : Au fil de l’eau, une vision glaçante de l’Espagne

Poil de carotte : une BD toujours d’actualité

Saudade : le nouvel album touchant de Fortu

La déconfiture : la Seconde Guerre mondiale vu par Pascal Rabaté

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à