Snowden : le film d’Oliver Stone va vous rendre paranoïaque

par

De Florence Yérémian – Après Platoon, JFK et Born on the 4th of July, Oliver Stone continue sur sa lancée patriotique à travers le portrait filmé d’Edward Snowden.
L’histoire débute à Hong Kong en 2013 le jour même où Snowden livre des infos top secrètes à la presse afin qu’elles soient divulguées à la terre entière. Après dix années de bons et loyaux services auprès de la CIA et de la NSA, le jeune agent a, en effet, réalisé à quel point le gouvernement américain étendait sa suprématie sur les citoyens en s’infiltrant dans leur intimité via une cybersurveillance permanente.

Outré par cette violation des libertés civiques, le voici prêt à risquer sa vie pour défendre les principes démocratiques auxquels il a toujours cru. Mais peut-on vraiment se clamer patriote lorsque l’on dénonce ainsi les décisions de ses dirigeants ?

Snowden : un excellent biopic sur l’un des plus grands scandales d’espionnage de l’histoire des USA

Cet excellent biopic met en avant l’un des plus grands scandales d’espionnage de l’histoire des USA tout en nous présentant le parcours d’Edward Snowden. C’est avec beaucoup d’habileté qu’Oliver Stone retrace les jeunes années de ce surdoué un peu candide sorti meilleur élève de son campus. Intégrant la CIA puis la NSA, on le voit s’impliquer avec ferveur dans des missions successives qui le conduisent à Genève, au Japon ou même à Hawaii. Enrôlé dans la section « secret défense », il découvre peu à peu les arcanes de la cybersurveillance et comprend à quel point la NSA espionne illégalement l’ensemble des individus connectés. Sous prétextes d’attaques terroristes ou de menaces d’une troisième guerre mondiale, le gouvernement américain s’autorise en effet à visionner tous les mails, chats ou sms de la planète. Grâce à de super programmes tels que Prism ou Xkeyscore, des milliards de données sont ainsi enregistrées depuis les ordinateurs et les portables des utilisateurs sans qu’ils en soient même conscients.
Choqué par cette domination sociale annonçant la dictature de Big Brother, Snowden va donc s’emparer de fichiers « classified » pour les livrer au Guardian et au Washington Post avant de trouver asile à Moscou où il demeure encore aujourd’hui.

Joseph Gordon-Levitt : une perfomance d’acteur pleine de justesse

C’est à Joseph Gordon-Levitt (Inception, The Dark Knight Rises…) que revient le rôle de ce « lanceur d’alerte » plaidant pour les droits de ses concitoyens. Dissimulé derrière son visage intègre et ses petites lunettes, l’acteur parvient avec beaucoup de justesse à nous faire comprendre les décisions et le cheminement intérieur de son protagoniste. Partagé entre ses doutes, son idéalisme et sa conscience « made in USA » , son personnage respecte tout à fait l’axe scénaristique d’Oliver Stone qui se focalise sur l’intelligence et la paranoïa grandissante de Snowden. Les passages consacrés à la vie intime du héros sont d’un piètre intérêt et n’apportent pas grand chose à ce thriller biographique, mais il en va tout autrement de la tension du film qui s’installe dès lors que Snowden a décidé de dérober les données secrètes de la NSA.
Aux côtés du pudique Joseph Gordon-Levitt, les spectateurs pourront remarquer la présence (trop brève) de Nicolas Cage qui apparaît sous les traits d’un ingénieur conseiller. On salue également la très belle interprétation de l’acteur britannique Rhys Ifans (Coup de Foudre à Notting Hill, Good Morning England, Harry Potter…) qui abandonne définitivement son profil loufoque pour incarner avec élégance le rôle de l’instructeur Corbin O’Brian.

De part sa dénonciation très contemporaine, ce long-métrage nous rappelle le documentaire de Cullen Hoback: Les Nouveaux Loups du Web (Lire la chronique du film ici) qui mettait en garde tous les internautes contre la manipulation de leurs données personnelles. Qu’ils soient romancés ou remixés à la sauce hollywoodienne, de tels films sont importants à l’heure actuelle car ils permettent d’éveiller les consciences des spectateurs en les incitant à préserver au maximum leur liberté individuelle et numérique.

Qu’Edward Snowden soit considéré comme un traitre ou un héros, c’est à vous d’en juger. Nul doute cependant qu’en sortant de cette projection, vous soyez devenus légèrement paranoïaques : il se pourrait bien qu’en quittant la salle de cinéma certains d’entre vous décident une fois pour toute de jeter leur portable à la poubelle…

Snowden
Un film d’Oliver Stone
Avec : Joseph Gordon-Levitt, Rhys Ifans, Shailene Woodley, Melissa Leo, Zachary Quinto, Tom Wilkinson, Timothy Olyphant, Nicolas Cage
En salles: le 2 novembre 2016
2h15

Lire aussi nos critiques Cinéma :

Polina : un bel exercice de style signé Angelin Preljocaj

Jack Reacher : le nouveau film « coup de poing » de Tom Cruise

Soy Nero : la question migratoire sans concession chez Rafi Pitts

Juste la fin du monde : l’oeuvre électrique et lumineuse de Xavier Dolan

Brooklyn Village : Ira Sachs, un portrait de famille tout en finesse

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à