The Free State of Jones : un chapitre méconnu de la Guerre de Sécession

par

De Florence Yérémian – L’histoire débute dans le Mississippi en 1863. À cette époque la majorité des États du Sud de l’Amérique forment la Confédération et s’opposent aux États de l’Union. C’est au cour de cette fameuse guerre de Sécession entre fermiers esclavagistes et industriels nordistes qu’apparait la figure emblématique de Newton Knight : reniant les préceptes racistes des confédérés, ce déserteur sudiste va peu à peu se mettre à prêcher les idées républicaines de l’Union. Suivi par un groupe d’esclaves et de paysans en quête d’égalité, « Knewt » va progressivement transformer le Comté de Jones en un état totalement libre.

C’est avec beaucoup de patriotisme et de pédagogie que le film de Gary Ross (Hunger Games) met en avant cet épisode méconnu de la Guerre de Sécession. Chacun maitrise approximativement les grandes lignes de la Guerre Civile américaine mais peu sont au courant de cette rebellion interne au camp sudiste menée par un certain Newton Knight. Afin d’interpréter ce valeureux leader, le réalisateur a porté son choix sur Matthew McConaughey (The Dallas Buyers Club). Le visage buriné par les horreurs de la guerre, ce comédien a pris son rôle à coeur en lui offrant son plus bel accent sudiste. Le regard clair et la stature haute, il confère à son fermier en fuite une certaine pudeur, un charisme évident ainsi qu’une véritable âme d’humaniste. Les fans de McConaughey vont se régaler car il apparait quasiment dans toutes les scènes du film : qu’il soit aide-soignant au milieu des tranchées sanguinolantes, hors-la-loi au coeur des marais ou défenseur des droits de l’homme parmi les esclaves et les fermiers, l’acteur se positionne avec beaucoup d’authenticité comme un héros épique des plus progressistes. Il faut dire que le personnage de Newton Knight était bien en avance sur son temps car il a non seulement revendiqué l’égalité ethnico-sociale mais il a de surcroît épousé en seconde noces une esclave noire affranchie (interprétée par la ravissante Gugu Mbatha-Raw) ! Loin d’être un traitre, cet avant-gardiste semble avoir eu des convictions et des principes très clairs quant à la liberté de chaque être indépendamment de sa couleur, de son sexe ou de son rang social.

Même si cette histoire touche moins les Français que les Américains, elle possède une forte résonance. En effet, le film de Gary Ross ne se contente pas, comme beaucoup d’autres productions hollywoodiennes, de nous montrer l’absurdité ou la violence du conflit nord-sudiste à travers une belle ligne narrative. En levant le voile sur cet homme blanc qui a embrasé la justice et la cause noire, The Free State of Jones offre à tous une réflexion très actuelle sur la notion de liberté, de race et d’asservissement. À méditer…

The Free State of Jones ? Un intéressant cours d’histoire humaine !

The Free State of Jones

Un film de Gary Ross
Avec Matthew McConaughey, Gugu Mbatha-Raw, Mahershala Ali
Drame – USA – 2h20
Sortie nationale le 14 septembre 2016

À lire aussi dans la rubrique Actu Ciné :

Cézanne et moi : un film qui se contemple comme une toile de plein-air

Voir du Pays : la guerre en Afghanistan, version inédite et féminine

Nocturama : portrait latent d’une jeunesse nihiliste

Le Teckel : Une satire sociale qui donne la nausée

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à