Voir du Pays : la guerre en Afghanistan, version inédite et féminine

par

Par Romain Rougé – Sélectionné au dernier festival de Cannes dans la catégorie « Un Certain Regard », Voir du Pays des soeurs Coulin est reparti avec le prix, mérité, du meilleur scénario. Il parle de deux femmes militaires qui reviennent d’Afghanistan et qui, en compagnie de leur section, vont passer trois jours à Chypre dans un hôtel cinq étoiles pour « décompresser » avant leur retour en France. Mais se libérer de la violence de la guerre n’est pas chose aisée, loin s’en faut.

« On a de la merde dans la tête, c’est pas dans leur hôtel cinq étoiles qu’on va oublier la guerre. » Et c’est pourtant le but. L’armée appelle cela « un sas de décompression ». Un entre-deux, un purgatoire, avant que ne se rouvrent les portes d’une vie civile, les bras d’une famille, la routine d’un quotidien. Les plans lumineux de l’hôtel de luxe où déambulent des touristes lambdas contrastent avec la noirceur des personnages, c’est certain.

On suit alors Aurore (Ariane Labed) et Marine (Soko), en proie à des émotions post-traumatiques. Ces dernières sont entourées de leurs camarades, joués par de vrais anciens militaires dont certains, soyons-en sûr, crèveront l’écran dans les années à venir. On pense notamment à Sylvain Loreau et à cette scène dans laquelle son personnage raconte son expérience : un des moments les plus poignants du film.

Dans ce micmac émotionnel se glisse « une thérapie par réalité virtuelle » durant laquelle les soldats doivent parler de leurs expériences traumatisantes, simultanément matérialisées sur un écran. Parler de ce qu’ils ont vécu, vu, ressenti. Pas facile quand on est parti simplement pour « voir du pays », quand on se prend en pleine face le décalage entre rêve et réalité : « Tout ce qu’on nous avait vendu avant de partir… ». D’ailleurs de l’Afghanistan, Aurore et Marine n’auront « rien vu » au final. Et nous, public, non plus : tout ce qui nous rattache à cette guerre sont ces personnages torturés qui extériorisent ou pas leurs mal-être. Pendant la thérapie en 3D, nous sommes le médiateur, témoin de ce décalage entre l’informatique et les personnages. Jamais une expérience vécue ne peux être retranscrite complètement, c’est un fait.

Voir du Pays : la guerre d’Afghanistan traitée de manière inédite

Adapté du livre éponyme, Voir du Pays a été réalisé par Delphine et Muriel Coulin. Les deux soeurs signent un film inédit en France : un regard féminin posé sur une guerre, à intérieur de l’un de ces fameux sas de décompression. Une temporalité originale, juste après la guerre et juste avant le retour à la vie civile. Une « pause » qui permet d’avoir un regard neuf sur l’engagement militaire et les conséquences de ses désillusions. Sans montrer le moindre combat ni la moindre goutte de sang, les frangines cinéastes réussissent à parfaitement mettre en image une guerre dont on sait qu’elle a été traumatisante et violente, mais dont on ignore l’incidence réelle sur les soldats.

D’autant que Chypre, là où l’action se déroule, n’est pas un terrain neutre non plus. La violence est toujours là, tapie autour de l’hôtel, dans ce pays scindé en deux qui subit de plein fouet la guerre et la crise économique. Des thèmes d’actualités s’interposent alors de temps à autres, comme la crise migratoire. « Etant à Chypre, on ne pouvait ne pas faire une ouverture sur ce sujet-là », confit Delphine Coulin. Pareillement, les héroïnes appartiennent à la gente féminine, ce qui pose la question des rapports hommes-femmes dans l’armée. Un sujet évoqué au détour de scènes fortes qui permettent aux acteurs d’exceller un peu plus dans la transmission du malaise ambiant. Justes et impliquées, Ariane Labed et Soko portent le film, les deux actrices contribuent beaucoup à sa qualité.

Voir du Pays n’est pas seulement inédit dans les salles, il l’est aussi dans son propos. Son angle original teinté de féminité devant et derrière la caméra lui permet d’émerger au milieu d’un amas de films de guerre. Pour sûr, on se souviendra de l’avoir vu.

Voir du Pays
De Delphine et Muriel Coulin
Avec : Soko, Ariane Labed, Andreas Konstantinou, Alexis Manenti, Sylvain Loreau, Ginger Roman, Karim Leklou, Makis Papadimitriou, Robin Barde, Jérémie Laheurte.
Distributeur : Diaphana
Sortie nationale : le 7 septembre 2016

A lire aussi dans Actualités et sorties cinéma :

Nocturama : portrait latent d’une jeunesse nihiliste

Le Teckel : Une satire sociale qui donne la nausée

La Tortue Rouge : Le tourbillon poétique du nouveau Ghibli

L’effet aquatique : le film posthume de Solveig Anspach

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à