humainTrophumain : La grande bouffe théâtrale à Montpellier

par

Par Romain Rougé – Pour sa troisième saison à la direction du Centre National Dramatique de Montpellier – désormais théâtre humainTrophumain, le controversé Rodrigo Garcia persiste et signe : le programme 2016/2017 ne s’annonce pas moins barré ! Il est fort à parier que pour le public, le menu sera alléchant ou repoussant.

« Le trouble-fête à la con », comme il se présente lui-même, a mijoté cette année encore un théâtre hyper contemporain et auto-proclamé subversif. Rodrigo Garcia a d’ailleurs décidé d’ouvrir la saison avec le « Mèq Festival » qui, du 14 au 17 septembre, va « explorer les limites entre arts performatifs et art digital ». Les descriptions des spectacles ne nous trompent pas sur la marchandise, à contre-courant : on nous promet par exemple « une sphère géodésique sous forme de sculpture architectonique digitale emplie d’un son immersif », ou encore « une lente torture et manipulation de verres de vin »… Pas de doute, on est bien à humainTrophumain !

Sur une plaquette léchée et travaillée dont on sent l’influence de l’ex-publicitaire, aujourd’hui directeur du théâtre, hTh présente une galerie de spectacles qui semble toujours plus folle, regroupant les thématiques chères à Garcia : surconsommation, image, lobbying, sexe, religion… Ainsi, après les performances digitales, l’Ancien Testament sera revisité par Markus Öhrn avec la promesse d’une rencontre avec Dieu lui-même, rien de moins. Dans cette pièce se mêleront « poésie, black metal, musique noise, actionnisme viennois, dîners de famille ou émissions culinaires » ! To Walk the Infernal Fields (chapitres 1 et 2) sera à coup sûr une réinterprétation moins pieuse des textes de Moïse…

En novembre, le Rodrigo Garcia scénariste et metteur en scène reviendra avec C’est comme ça et me faites pas chier, probablement le spectacle qui mettra des mots sur « les excès occultés » qu’il affectionne tant : « Toute parole brute ne peut qu’être violente d’avoir à crever le voile des conventions polies et politiquement correctes. » La messe est dite. Toujours en novembre, « Explicit », le festival d’expressions plurielles du sexuel, « ce bouillonnement créatif autour des questions de genre et de sexualités », confirmera le retour de « l’irrévérence » assumée.

Parmi les autres temps forts attendus : la nouvelle pièce toute en sonorités de Maarten Seghers, la « cérémonie funéraire particulièrement troublante » de Gisèle Vienne intitulée Kindertotenlieder ou la résurrection de Begin the Béguine de John Cassavetes. Plus terre à terre ou moins séditieux, au choix, la pièce Champs de mines de Lola Arias contera les histoires réelles de personnes brisées par la guerre des Malouines. Fidèle à ses convictions du mélange des genres, hTh recevra en avril Miet Warlop pour une performance « qui tient à la fois du concert pop-rock et de l’installation vivante », et Philippe Quesne en mai, qui proposera «une scénographie envisagée comme un écosystème dans lequel il plonge les acteurs » : ce sera La Nuit des Taupes.

humainTrophumain : Rodrigo Garcia entre succès et polémiques

« Le but, c’est de faire descendre le CDN de Montpellier de son piédestal. » Voilà ce que déclarait Rodrigo Garcia dans Libération en juin 2015, une saison après son arrivée fracassante à la direction du théâtre. Entre temps, il y a eu l’affaire du homard mis à mort en direct et les critiques d’un public plus habitué aux « répertoires ». Malgré le soutien sans faille de la Rue de Valois et de la Région, les relations se sont tendues avec la métropole montpelliéraine qui estimait supporter trop de plaintes du public et craignait une baisse de la fréquentation, notamment chez les scolaires.

Si, selon La Gazette de Montpellier, la fréquentation a effectivement baissé la saison passée (10 000 spectateurs en moins, soit 1/3 du public), il faut tout de même relativiser. Il semblerait en outre que les enseignants aient, au fur et à mesure, retrouvé l’intérêt pour hTh. De plus, les jeunes ont investi en masse le théâtre, même en dehors des heures scolaires. Places à 5 euros et concerts électro à la fin des représentations, ça motive grave ! Autre réussite : le CDN de Montpellier est désormais membre du prestigieux Réseau européen de création audiovisuelle contemporaine (ENCAC). Résultat : un soutien pour les artistes et une mise en avant d’actions culturelles et interculturelles. Le « Mèq Festival » qui ouvrira le bal en est notamment le fruit. Enfin, malgré un accueil plus que mitigé à Montpellier, les spectacles produits par le CDN s’exportent très bien, ailleurs.

Si la saison 2016/2017 de hTh promet d’être aussi délurée que les précédentes, ça sera aussi peut-être la dernière pour Rodrigo Garcia, dont le mandat court jusqu’à fin 2016, même si un délai de grâce est possible jusqu’à fin 2017. « Je me suis intéressé à l’art contemporain pour trouver une nourriture que je ne trouvais plus dans le théâtre », confiait-il en février 2015 à l’émission Entrée Libre de France 5. Reste à savoir s’il mettra, cette saison, les montpelliérains en appétit ?

humainTropHumain – Centre National Dramatique de Montpellier

Domaine de Grammont

CS69060 – 34965 Montpellier cedex 2

Billetterie: 04 67 99 25 00

Administration: 04 67 99 25 25
www.humaintrophumain.fr

A lire aussi dans Actus Montpellier :

Cercle Rouge : le crowdfunding culturel fait à Montpellier

Archives de l’Hérault : initiatives pour déclasser les préjugés

Montpellier Danse : les artistes face au pouvoir

Festival Tropisme : mieux comprendre le numérique à Montpellier

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à