Mon père était boxeur : une confrontation vive et colorée

par

Par Boris Henry – Barbara Pellerin, Kris et Vincent Bailly proposent une belle chronique sombre et sensible sur les relations entre une fille et son père.

Comme l’annonce le titre, le père de Barbara Pellerin était boxeur. Enfin, il l’était jusqu’aux trois ans de sa fille, puis il est devenu représentant pour une marque d’alcool. Quelle que soit son activité, il avait manifestement le sang chaud et pouvait partir au quart de tour, face à son épouse comme devant un chauffeur lui ayant coupé la route.

Devenue adulte, Barbara est photographe. Elle voudrait filmer la boxe et en parle à son père. Mais comme le lui suggère son compagnon, ce projet n’a-t-il pas avant tout pour objet de filmer son géniteur et, ainsi, d’essayer de se rapprocher de lui, de le saisir alors que, jusqu’à présent, il lui est plutôt étranger ?

Le titre de cet album annonce un programme qui, si on s’en tient à la carrière du père de Barbara Pellerin, n’est pas tout à fait exact puisque Hubert Pellerin a changé de métier, mais ce titre paraît tout à fait judicieux tant le fait que ce père ait été boxeur fut au centre de son existence et de sa relation avec sa fille. Surtout, ce père avait manifestement du mal à canaliser son énergie hors du ring et fut plus d’une fois mis K.-O. par l’existence.

Mon père était boxeur est ainsi un sombre mais beau récit sur la volonté plus ou moins consciente d’une fille de comprendre qui fut et qui est son père, de percer sa cuirasse et de dépasser l’image que lui et son entourage renvoient.
Kris s’est emparé du texte de Barbara Pellerin écrit pour le documentaire qu’elle a réalisé – produit par Quilombo Films et dont le DVD est joint à l’album – et, avec elle, l’a transformé en scénario. Ce dernier est mis en images avec dynamisme et grande sensibilité par Vincent Bailly qui privilégie l’énergie du trait et d’une mise en couleur vive et organique qui place les couleurs de manière non uniforme, parfois par taches, jouant ainsi sur des effets de lumière esthétiquement et symboliquement forts.

Mon père était boxeur
Barbara Pellerin, Kris et Vincent Bailly
Futuropolis

À lire aussi dans BD :

Mousquetaire : un premier tome prometteur chez Delcourt

Musnet : une bande dessinée au trait vif et souple

Eric Powell : Big Man Plans ou le comic ultra-violent

L’adoption : Zidrou planche sur la famille et la filiation

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à