Rêve d’Olympe : l’odyssée tragique de Samia

par

Par Romain Rougé – Samia Yusuf Omar était Somalienne. En 2008, elle participe aux Jeux olympiques de Pékin. Son retour au pays sonnera le glas de ses ambitions.

Mogadiscio, Somalie. Une famille assiste à la retransmission des JO de Pékin : c’est le jour où Samia Yusuf Omar foule la piste du 200 mètres femmes. Une dernière place et un record personnel plus tard, la jeune athlète rentre au pays, déchiré par les soubresauts islamistes.

L’exploit sportif arc-bouté au tohu-bohu de la guerre civile forgent le caractère de Samia : « Je cours pour mon pays et ma famille, pour pouvoir les aider un jour. » Philanthrope, la jeune femme n’en oublie pas moins son bonheur à elle : « Je cours aussi pour moi. Je ne pourrai pas vivre éternellement dans ce chaos. » Pourtant, elle mourra en pleine mer dans un autre « chaos » : celui des embarcations de migrants. Elle tentait de rejoindre l’Europe. Elle voulait juste avoir le droit de s’entraîner pour les Jeux olympiques de 2012.

Samia Yusuf Omar ou une incarnation de la crise des migrants en Europe

Derrière l’hommage rendu à cette athlète acharnée, l’auteur allemand Reinhard Kleist, dessine une critique acerbe de la politique européenne de lutte contre l’immigration. Le périple de Samia pour rejoindre le vieux continent est griffonné sans concessions : les passeurs sont sans états d’âmes et les conditions de voyage déplorables, voire inhumaines. Un calque de la crise des migrants de 2016.

L’odyssée de Samia est d’autant plus tragique qu’au-delà de la compétition sportive, la Somalienne de 21 ans rêvait de choses simples : « Et je pourrai faire tout ce qu’on voit à la télé et sur Internet : voyager, aller au cinéma ou au concert. » Des traits communs que l’on retrouve aujourd’hui chez beaucoup de Syriens.

Rêve d’Olympe
Le destin de Samia Yusuf Omar
Collection : Contre-coeur
Dessin : Reinhard Kleist
Scénario : Reinhard Kleist
Préface : Henry Pierre
Editions La Boîte à Bulles
17 € / 144 pages

Lire aussi dans les actualités de la bande dessinée :

Bart is back : le Walking Dead félin de Soledad Bravi

L’homme qui ne disait jamais non : une bande dessinée captivante

Monsieur Choc : ce qui se passe derrière le heaume

Cruelle: Une BD atypique et autobiographique

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à