La loi de la jungle : le joyau comique d’Antonin Peretjatko

par

Par Jonathan Rodriguez – Quel bonheur ! Après la réussite de La fille du 14 juillet, Antonin Peretjatko revient en salles avec La loi de la jungle, une véritable bouffée d’air frais comique – la meilleure depuis des années – donnant un sacré coup de fouet à un genre malmené : celui de la comédie française.

Marc Châtaigne, stagiaire au Ministère de la Norme, est envoyé en Guyane pour la mise aux normes européennes du chantier « Guyaneige » : première piste de ski indoor d’Amazonie destinée à relancer le tourisme en Guyane. Dès la lecture du synopsis, le décor est planté.

La liberté comique de Loi de la Jungle

Ce qui est formidable chez Peretjatko, c’est cette liberté absolue dans le comique, cette volonté inhérente à faire un grand-n’importe-quoi jouissif et cohérent. On pioche partout, de Philippe de Broca à Jacques Tati, en passant par Pierre Richard, tous les moyens sont bons. On pense aussi évidemment à ce vent libertaire qui a animé le cinéma de Jean-Luc Godard. Mais finalement ce film est résolument Peretjatko. Avec La fille du 14 juillet, le jeune cinéaste persiste et signe dans la comédie décalée, fantaisiste et satirique au point de se donner, en seulement deux longs-métrages, une véritable identité de cinéaste. Ce n’est pas rien. Ici, avec La loi de la jungle, il pousse le curseur encore plus loin en signant une œuvre plus efficace, plus cohérente et plus maîtrisée.

Formidable satire sociale et politique, ce film hybride varie habilement entre comique de situation hilarant, dialogues détonants finement écrits, humour burlesque digne de Tati et moments de poésie fugace. Un sacré rythme, qui faiblit peu ou prou. Mais peu importe l’essentiel est ailleurs.

Le renouveau de la comédie française

À la sortie d’un tel film, on ne peut que se réjouir de l’accomplissement de ce cinéaste tant il donne un vent d’air frais considérable à la comédie française. Un genre aujourd’hui boursouflé et suffisant, qui à l’image de Camping 3 dernièrement, ne fait plus aucun effort pour innover, se contentant de ressortir les habituelles têtes de gondoles pour faire venir le public en salles. Le fait est que ça marche. Mais à quel prix ?

Peretjatko lui, fait preuve d’une inventivité sans faille. Un cinéma qui grouille d’idées en tout genre. C’est bien simple, il y avait longtemps qu’une comédie française n’avait pas été aussi folle et créative.
La présence d’un casting d’habitués du cinéaste contribue à cette folie ambiante. Vincent Macaigne régale une nouvelle fois et fait l’étalage de toute sa splendeur comique. Vimala Pons, dont on tombe rapidement sous le charme audacieux et la fraîcheur communicative, continue son magnifique petit bonhomme de chemin dans le paysage cinématographique français. Mathieu Amalric, Pascal Légitimus et surtout Jean-Luc Bideau contribuent magnifiquement à donner ce ton loufoque aux facéties de l’œuvre d’Antonin Peretjatko.

Vous n’avez plus qu’à vous ruer, pendant qu’il en est encore temps, dans ce renouveau de la comédie française. Nous, on est déjà conquis.

La loi de la jungle
D’Antonin Peretjatko
Avec Vincent Macaigne, Vimala Pons, Pascal Légitimus, Mathieu Amalric
1h39 / Haut et Court

A lire aussi dans Actualités et sorties cinémas :

Bruno Collet :  » c’est le sujet qui motive le choix des matériaux »

Drew Tobia : une comédie noire surprenante

Le cinéma brésilien : hommage à Carlos Diegues

Joseph Gordon Levitt :  » J’ai toujours été fasciné par la façon dont les individus communiquent entre eux « 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à