On achève bien les anges : Nous sommes Bartabas

par

Par Romain Rougé – Le maître écuyer du théâtre équestre Zingaro revient. Son dernier spectacle est l’un des événements du 30ème Printemps des Comédiens. Jouée sous le chapiteau de sortieOuest à Béziers, l’oeuvre engagée et spirituelle, oscille entre légèreté et gravité.

L’homme qui murmurait à l’oreille du Printemps des Comédiens s’appelle Bartabas. Avec On achève bien les anges, le spectacle équestre renaît. Les chevaux sont disciplinés, éclatants, célestes. Les équilibristes flottent, virevoltent, s’élèvent. Tous assurent un show auréolé de maîtrise technique et visuelle. Si nos pieds sont dans les nuages, notre tête, elle, est bien sur terre : la conscience s’assombrit à l’orée de thématiques plus dures, conséquence d’un scénario modifié peu après les attentats de Charlie Hebdo.

Chez Bartabas, la vie est circulaire, la mort transversale. Les vivants tournent en rond, les faucheurs surgissent et disparaissent, entre le blues de Tom Waits et les bruitages alarmistes ou ferroviaires. Les chevaux sont sacrifiés sur l’autel des abattoirs et les croyances condamnées. Dans l’arène, des carcasses d’anges apparaissent, un cimetière nimbé de brume se forme, les épitaphes des religions monothéistes émergent. C’est parlant, c’est obscur.

Au détour de moments frénétiques et sublimes, l’élégie équestre prend aussi le temps d’angéliques moments

Une noirceur contrebalancée par l’ironie appuyée de la société de consommation, quand une fanfare échappée de chez Fellini nous propose des confiseries selon « les rites casher, halal et Dieu sait quoi ». Au détour de moments frénétiques et sublimes – tel ce cheval blanc qui scinde les nuages -, l’élégie équestre prend aussi le temps d’angéliques moments, mais aussi de petites longueurs cavalières, qui n’enlèvent rien à la qualité de l’oeuvre.

A la beauté épique du spectacle s’ajoute sa délocalisation à Béziers, revendiquée par le metteur en scène lui-même : « Jouer à Béziers aujourd’hui, c’est une manière de tendre les bras aux gens et d’ouvrir des portes pour l’avenir. (…) Le vrai combat est ici, dans cette aventure vers l’autre. » Avec Bartabas, on n’achève pas la culture.

On achève bien les anges
Conception et mise en scène : Bartabas
Assistante à la mise en scène : Anne Perron
Production : Théâtre Equestre Zingaro

Spectacle présenté à l’occasion du Printemps des Comédiens
A sortieOuest, Béziers, jusqu’au 10 juillet 2016
Représentations tous les jours à 21h sauf le dimanche à 19h. Relâche les lundis et jeudis.
Réservation au 04.67.28.37.32 et sur le site internet www.sortieouest.fr

A lire aussi dans Théâtre :

La poupée sanglante : une intrigue musicale à découvrir d’urgence

La grenouille avait raison : les abysses créatifs de James Thierrée

The Encounter : Simon McBurney fait entendre sa voix

Cold Blood : la petite mort du Printemps des Comédiens

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à