James Crumley : Fausse piste, bon polar

par

Par Marc-Emile Baronheid – Milo Milodragovitch est le petit-neveu de Philip Marlowe : amateur de bibine, collectionneur de plaies et de bosses, sensible au beau sexe, et même compatible avec ce que Chandler pensait de son héros « il peut séduire une duchesse et je suis quasiment sûr qu’il ne toucherait pas à une vierge ».

Milo croupit dans un bled du Montana, lorsque paraît la séduisante Helen, qui le charge de retrouver son jeune frère. La part idéaliste de Milo voudrait refuser l’argent de la jeune femme ; sa situation matérielle lui souffle l’inverse. Une sorte de désinvolture à la Robert Mitchum finit par prendre le dessus.

Milo s’appuie sur une bande de bras cassés en rupture de ban et l’on se prend à douter sérieusement de ses aptitudes, de sa clairvoyance. Il se ressaisit à sa manière : « Après une longue douche chaude, deux cachets de speed et deux des analgésiques que m’avait donnés Amos, puis une bière fraîche, je parvins à avaler un toast laissé du petit déjeuner de la veille. J’allai ensuite à ma voiture récupérer mon pistolet et mon holster d’épaule. » Le voilà requinqué, prêt à mettre sa solidarité à l’épreuve touchante des bons, des brutes et des méchants… L’ours polar de l’été.

Fausse piste
James Crumley
Gallmeister. 23,50 euros

A lire aussi dans Les Polars :

Jean-Christophe Grangé : Code Requiem ou les plaies de la société

Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés

Tom Clancy : déflagrations, coups fourrés et cadavres dans Chef de Guerre

Pieter Aspe : les tribulations du commissaire Van In

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à