A War : la guerre d’Afghanistan en question chez Tobias Lindholm

par

Par Jonathan Rodriguez – Que faire ? Alors que sa femme doit faire face seule au quotidien avec ses trois enfants, Claus Pedersen, commandant d’une troupe de l’armée danoise en Afghanistan, est attaqué lors d’une mission de routine. Pour sauver des hommes d’une mort certaine, Claus est contraint de prendre une décision lourde de sens.

Après l’excellent Hijacking, Tobias Lindholm revient avec A War, une réflexion sur le conflit au Moyen-Orient, sur la place des hommes dans la guerre et ses conséquences morales inéluctables. Ce nouveau film confirme la bonne santé du cinéma Danois.

A war : une réflexion autour de la Guerre et de la morale

Tobias Lindholm aime mettre ses personnages dans des situations extrêmes, moralement éprouvantes pour en tirer la meilleure dramaturgie possible. Dans Hijacking déjà, son personnage interprété par Pilou Asbæk – que l’on retrouve une nouvelle fois en tête d’affiche – était aux prises de pirates en plein océan indien nous livrant une œuvre redoutablement efficace. Une manière aussi de constamment remettre la morale au centre de ses œuvres, et de créer un mélange très subtil entre empathie et éthique, dénuée de jugement. Une façon de créer des dilemmes finement menées sans que l’on soit en mesure que juger les personnes à l’écran, chacun ayant une raison précise d’agir.
Divisé en deux parties distinctes, au cœur du désert afghan et l’autre au Danemark, le film manie intelligemment les moments intimistes et les séquences judiciaires en trouvant un certain équilibre narratif. C’est grâce à une mise en scène volontairement minimaliste, avec sa caméra portée – véritable marque de fabrique – que le cinéaste Danois capte l’immersion et la pureté de l’instant pour livrer une œuvre singulière dans l’horizon bouché des films de guerre.

Tobias Lindholm : La renaissance du cinéma danois

A war vient confirmer la bonne santé d’un cinéma danois en pleine floraison. Avec Michael Noer, réalisateur du percutant Northwest, Tobias Lindholm s’ancre aujourd’hui dans un cinéma réaliste et réflexif, se distinguant des Nicholas Winding Refn et Lars Von Trier plus audacieux et ambitieux sur la forme et la mise en scène. C’est tout de même la preuve d’une réelle et belle diversité pour ce pays nordique. Mais A War confirme également la montée en puissance de l’acteur fétiche de Tobias Lindholm, Pilou Asbæk – une sorte de DiCaprio pour Scorsese – dont la force et la justesse d’interprétation commencent à impressionner. Un acteur que l’on a pu voir dans la cinquième saison de Games of Thrones sous les traits d’Euron Greyjoy ainsi que dans la série Borgen.
Une chose est sûre, c’est que vous n’avez pas fini d’entendre parler de Tobias Lindholm et de Pilou Asbaek. Et c’est tant mieux.

A war
Date de sortie 1 juin 2016 (1h 54min)
De Tobias Lindholm
Avec Pilou Asbæk, Tuva Novotny, Dar Salim.

Lire aussi dans cinéma :

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore

Love & Friendship : Une comédie mondaine signée Jane Austen

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à