Mathias Imbert : Imbert, Imbert, la cerise sur le gâteau

par

Par Audrey Prieur – Mathias Imbert, auteur, compositeur, interprète, signe « Viande d’Amour », un quatrième album, cuit à point, dont les douze titres ont la chair tendre et poétique. Accompagné par Stephen Harrisson, (contrebasse et Banjo), Grégoire Gensse (piano) et Denis Charolles (batterie), le trentenaire à la gouaille sombre et sarcastique, arpente déjà, depuis quelques années, les chemins scabreux de l’âme humaine, avec sa contrebasse aux formes généreuses.

Imbert Imbert, affamé de mots abrupts et tendres, a l’amour libertaire (Je t’emmerde mon amour) et la verve contestataire (Le cancer des gens soumis). Il biberonne au temps qui passe (A la gorge du temps), et aime le « poétiquement incorrect » (J’veux m’sentir). Mais parfois, le temps d’un titre, il s’abandonne aussi à l’amour, qui le revigore (La cerise), et nous dit malgré tout, que « La vie est belle » ! Une viande d’amour à savourer !

Nouvel album Viande d’amour
Hors-Note – le temps des assassins/ L’autre Distribution


?>

Liens utiles :

Facebook : https://www.facebook.com/ImbertImbert/?fref=ts

À lire aussi dans les actualités culturelles:

Colette Misrahi : un This Road si charmant

Chrystel Wautier : le jazz vocal belge continue d’impressionner

fatsO : la mixture musicale blues, jazz et folk de On Tape

Térez Montcalm : le grand répertoire français revisité avec Quand on s’aime

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à