fbpx

Classe ! : Le spectacle audacieux et talentueux de Giroud & Stotz

par

De Florence Yérémian – Ce spectacle est une belle surprise : l’on s’y rend pour découvrir deux nouveaux comiques et l’on y rencontre un duo musical débordant de talent.

D’un côté, il y a Yann Stotz, véritable homme élastique affublé d’une voix de crooner et d’un sens inné de l’autodérision. De l’autre gambade la pétaradante Cécile Giroud qui joue du piano aussi bien qu’elle chante tout en imitant satiriquement Betty Boop ou Vanessa Paradis.
Le mot d’ordre de leur pétulant spectacle est « classe » mais soyons honnêtes, cette élégante devise n’est franchement pas respectée : entre un discours présidentiel truffé d’impertinences et une série de slogans tordus pour la campagne d’Emmanuel Valls, on ne peut pas dire qu’avec Yann et Cécile la courtoisie soit de mise. Ces joyeux drilles se moquent de tout mais ils le font avec panache et un tel sens de la musicalité que cela rend leurs numéros réjouissants. Se chamaillant comme un vieux couple au fil de la soirée, ils enchainent les sketches au galop, partent dans des délires lubriques et se régalent surtout en imitant irrévérencieusement les vedettes de variété. Endossant tour à tour les rôles de France Gall, Michel Berger, Renaud ou Lisa Minelli, ils animent leur show au rythme de chansons populaires allègrement reprises par le public. Derrière leurs sarcasmes et leurs jérémiades, l’on voit poindre de toute évidence une certaine nostalgie des années 80 avec une préférence pour la chanson française. Ils s’en amusent et en abusent allant jusqu’à railler sans pitié le racisme de Michel Sardou ou l’alcoolisme de la pauvre Véronique Sanson. Cette dernière demeure néanmoins l’artiste fétiche de Cécile Giroud qui l’imite magnifiquement avec autant d’amour que de dérision. Perchée sur ses talons pailletés durant plus d’une heure et demi, Cécile taquine fougueusement son piano, chante à tue tête, aboie, se promène à quatre pattes et court dans tous les sens comme une meneuse de revue déjantée. À côté de cette torpille désopilante, Yann Stoz ne reste pas coi et tient la concurrence en jouant les Marsupilamis contorsionnistes. Passant du bagou salé de Georges Brassens à une bossa nova « mucho caliente », ce gai luron parvient à nous charmer et nous faire rire en conservant de toute évidence un soupçon de classe!

Une remarque malgré tout : baissez la sono, s’il vous plait ! Giroud et Stotz ont une telle énergie que l’on peut se passer de micro du début à la fin du spectacle !

Classe !
Un spectacle de Cécile Giroud et Yann Stotz

Alhambra
21, rue Yves Toudic – Paris 10e
Le 24 mai 2016
Puis à partir du 27 juillet 2016 pour 110 représentations.

À lire aussi dans théâtre :

Stavanger: un huis-clos aux relents de repentance

Le Petit Oiseau Blanc : du rêve à l’état pur !

Sunderland: une comédie sociale qui parle aux ados

Festival Maisons-Laffitte : amateurs ou pas, le théâtre est là!

Laissez votre commentaire

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à