fbpx

Michel Onfray defraie la chronique au nom de l’atheisme social

par

Par Audrey Prieur – Afin de manifester son exaspération, il avait volontairement disparu des plateaux tv. Un mal pour un bien, nous dirons-nous, puisque Michel Onfray, un des philosophes les plus décrié de sa génération, orchestre un retour, à saluer, dont la presse ne fait presque aucun écho, et on sait pourquoi.

Dans son nouvel ouvrage, « Le Miroir aux Alouettes, Principes d’Athéisme Social », qu’il qualifie lui-même « d’autobiographie politique », Michel Onfray, refuse « les mythes proposés par ceux qui nous gouvernent », du coup, c’est tout le monde, qui en prend pour son grade. A commencer par la Gauche, dont le philosophe laisse entendre, qu’elle aurait été cocufiée par un socialisme rongé par des années de Mitterrandisme, dont le leadership fut porté, une rose à la main. Michel Onfray met en cause également les hommes politiques plus préoccupés par leur maintien au pouvoir, que par l’intérêt qu’ils portent au peuple.

Michel Onfray dresse une critique virulente de la presse

La critique envers les médias est tout aussi acerbe, puisque pour lui, le journalisme serait le moyen de propagande de l’ensemble de ces mythes, au premier rang desquels on retrouverait, l’idée fausse, que le Front National serait un parti qui dérange, et contre lequel on est censé lutter : si tel était le cas, selon le philosophe, il aurait été dissous depuis longtemps.
Cependant, pour Michel Onfray, il est devenu trop utile pour les partis dits « Républicains », utile à leur réélection. Des partis, qui, selon lui, n’existent plus que par leur nom, tant leurs politiques s’entremêlent. Il revient aussi, sur la responsabilité de la France, dans la montée du terrorisme, on sait pourtant, ce que lui avait couté le tweet, au lendemain des attentats du Bataclan…
Finalement, Michel Onfray règle ses comptes, au nom d’une certaine gauche libertaire, si tant est qu’elle existe…

Michel Onfray
Le Miroir Aux Alouettes
Edition : PLON

À lire aussi dans essais et société :

Malika Sorel-Sutter : une voix qui dérange

David Lefèvre : le regard sans complaisance d’un jeune maire sur la politique

Gilles Kepel : l’éclairage sur une société fragmentée

Michel Onfray : une plaidoirie qui tombe à pic

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à