fbpx

La police des moeurs : une analyse sans concession de Jean-Marc Berlière

par

Par Marcc-Emile Baronheid Au début du XXe siècle, le journalisme d’investigation ou de moralisation n’hésitait pas à tailler des croupières à la police des mœurs, dont il étalait au grand jour les dérives commises en raison du pouvoir discrétionnaire des agents sur les filles de louage.

Autres temps, autres mœurs ? Rien n’est moins sûr. Au terme de son histoire de la lutte contre la prostitution, Jean-Marc Berlière – spécialiste des questions de police aux XIXe et XXe siècles – note « les impératifs de cette lutte […] expliquent que dans ce domaine la pratique policière se soit maintenue dans la tradition de l’époque du réglementarisme et que les mêmes excès, les mêmes tares, les mêmes travers […] perdurent de nos jours pour tout ce qui touche la police dans ses rapports avec la prostitution et le proxénétisme. ». On connaît les récentes dispositions du maccarthysme français à l’ encontre des gourmands de la chair ; elles illustrent à merveille cette réflexion d’Arletty : la meilleure crème de beauté, c’est la bonne conscience.

La police des moeurs
Jean-Marc Berlière
Perrin Tempus
8,50 euros

À lire aussi dans notre sélection :

Lady Scarface : L’histoire des fiancées de la poudre d’Al Capone

Fabrice Luchini : l’obsession du texte et l’enfantement du comédien

Simone de Beauvoir : entre symbole du féminisme et narcissisme

Léonard de Vinci : un ouvrage complet et passionnant

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à