Axel Drhey : un Ruy Blas burlesque à souhait

par

Par Florence Yérémian – A l’exemple de Gérard Oury avec La Folie des Grandeurs, Axel Drhey a choisi de mettre en scène Ruy Blas dans la bonne humeur. Epaulé par sa rocambolesque Compagnie des Moutons Noirs, il a repris le drame de Victor Hugo pour le transformer, à son tour, en une truculente comédie! Afin de capter toutes les subtilités de cette nouvelle adaptation théâtrale, vous devez absolument faire table rase du mythique duo incarné par Louis de Funès et Yves Montand: nul n’arrivera jamais à remplacer ce fabuleux tandem !

On regrette donc que le premier quart d’heure de la pièce s’y réfère un peu trop – tant au niveau des répliques que de la gestuelle des comédiens – car notre cerveau les associe inévitablement à leurs prédécesseurs…
Il en va cependant tout autrement du reste de la mise en scène qui revisite l’oeuvre de Victor Hugo en l’emportant vers des contrées burlesques à souhait.

Comme chacun sait, l’histoire de Ruy Blas prend place au sein du Royaume d’Espagne durant le XVIIe siècle. Don Salluste, marquis fourbe et sans scrupule, a été disgracié par la Reine pour avoir séduit l’une de ses dames d’honneur. Afin de se venger, il décide de détrôner sa souveraine en lui faisant perdre sa réputation aux yeux du roi. Pour ce faire, il fait appel à son valet Ruy Blas follement amoureux d’elle: le transformant en Grand d’Espagne, il l’introduit à la cour sous le nom de Don César et laisse l’amour mener à bien sa terrible vengeance…

Malgré son titre significatif, la création d’Axel Drhey laisse la part belle à Don Salluste. La figure de Ruy Blas y est, hélas, incarnée avec bien trop de discrétion car le protagoniste manque à la fois d’esprit chevaleresque et d’adoration à l’égard de sa reine. En contrepoint, ce chafouin de Salluste est interprété par Matthieu Alexandre avec une succulente frénésie. Coquet comme un mignon du roi, ce jeune acteur a le babille insatiable et il ne cesse de pester après son laquais ou d’interpeller vigoureusement le public (qui lui répond d’ailleurs au quart de tour!). La jambe preste et le mollet fringant, Matthieu Alexandre virevolte, fait des entrechats et s’active sans répit du début à la fin du récit. Ses échanges avec « le muet » ou sa parade amoureuse accoutré en perroquet blanc sont à mourrir de rire. Le summum de sa prestation « Sallustienne » culmine cependant dans sa scène de « révérence au roi » qui, comme vous le verrez, vaut tout son pesant d’or!
Aux côtés de ce seigneur déchu, le cocasse Roland Bruit donne ses titres de noblesse au Roi Charles II d’Espagne en le transformant en un singulier « King Rappeur ». La Reine, quant à elle, prend les jolis traits de Paola Secret qui confère à cette souveraine un mélange d’humour et de douce gravité. Paradant ubuesquement dans sa robe de ménine effilochée, la comédienne devrait rajouter d’avantage de séduction à son jeu théâtral afin de redonner à la pièce sa part initiale de romantisme. La scénographie d’Axel Drhey s’est, en effet, totalement laissée emporter dans la folie comique des Moutons Noirs comme le confirme le personnage de la Duègne: aussi loufoque que masculine, cette vieille gouvernante est interprétée par le gigantesque Bertrand Saunier qui se déhanche à tout va et n’hésite pas à ébaucher un striptease des plus extravagants!
Afin d’escorter cette troupe de joyeux drilles, trois musiciens sont également présents sur les planches. Alternant le piano, la guitare et la clarinette, ils accompagnent allègrement les rimes des comédiens en improvisant des mélodies hispanisantes et en se déguisant eux-mêmes en Grands d’Espagne.

Que vous soyez amateurs de Victor Hugo ou de La Folie des Grandeurs, vous ne pourrez que rire de cette sémillante adaptation de Ruy Blas. Surtout emmenez-y vos enfants et placez les dans les premiers rangs: vous en ferez certainement des fans de l’alexandrin hugolien…

Ruy Blas ou La folie des moutons noirs
D’après Victor Hugo
Mise en scène Axel Drhey
Avec Mathieu Alexandre, Roland Bruit, Julien Jacob (en alternance avec Axel Drhey), Bertrand Saunier et Paola Secret.
Musiciens : Camille Demoures (piano), Jonathan Jolin en alternance avec Nicolas Naudet (clarinette), Dario Mandracchia, en alternance avec Grégoire Létouvet (guitare)

Théâtre 13
30, rue du Chevaleret – Paris 13e
Métro: Bibliothèque François Mitterrand

Jusqu’au 13 décembre 2015
Du mardi au samedi à 20h
Dimanche à 16h

Réservations: 01 45 88 62 22
www.theatre13.com
www.lesmoutonsnoirs.fr

Lire aussi :

Jacques Allaire : un Dernier Contingent aussi violent que puissant

Nobody : un travelling décapant sur la vie en entreprise

Pour Louis de Funès : une réflexion exaltée sur le métier d’acteur

L’autre Galilée: le comédien Cesare Capitani joue les scientifiques avec «foi»

Des souris et des hommes : une pièce d’une humanité désarmante

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à