Louis XIV : un décès qui ébranle l’absolutisme

par

Par Régis Sully – Ces paroles furent prononcées par Louis XIV lors de son agonie. A partir de la mort du grand roi, le premier septembre 1715, Joël Cornette revisite le règne de celui-ci. Que s’est-il passé entre l’entrée triomphale du jeune roi et de sa jeune épouse Marie-Thérèse le 26 août 1660 à Paris acclamés par la foule et l’atmosphère pesante de 1715 où certains se livrèrent à une critique acerbe du régime?

Et non des moindres. Ainsi au milieu des propos dithyrambiques, il y eut une explosion de libelles pour condamner « Louis le Petit » et le rappel des paroles du père Massillon, prêtre de l’Oratoire « Seul Dieu est grand mes frères» viennent clore ce règne long de 54 ans.
L’auteur fournit des éléments de réponse en analysant les différentes étapes du règne du grand roi. Ainsi sont relatés les années de formation sous la conduite de Mazarin, l’épisode de la fronde qui fut une période fondatrice dans l’apprentissage du métier de roi et la prise effective du pouvoir en 1661 avec le refus de prendre un premier ministre. Par la suite, la monarchie connaîtra son apogée avec son cortège de gloire mise en scène, de persécutions religieuses et de guerres en dépit des souffrances du peuple, notamment dans les années 1693-94, conséquence des différents conflits et des intempéries.
Quel bilan? Si on se réfère à la journée qui a suivi le décès de Louis XIV l’autorité du monarque en sort diminuée puisque Philippe d’Orléans en échange de la régence effective restitue au parlement le droit de remontrance, concession aux antipodes de la politique du royal défunt. L’absolutisme en sort donc ébranlé d’autant que le testament du roi soleil est invalidé et que la souveraineté est désormais partagée. Reste malgré tout l’achèvement d’un Etat administratif moderne de plus en plus compétent et efficace capable de fonctionner, affranchi en grande partie des réseaux de clientèle. « Je m’en vais, mais l’Etat demeurera toujours…». Reste également une France au faîte de sa puissance. Ouvrage passionnant de bout en bout. A lire

La mort de Louis XIV
Joël Cornette
Les journées qui ont fait la France
Editions Gallimard

Lire aussi :

La Scribe : là où fiction et histoire se mêlent inextricablement

Être juive et vivre à Berlin en 40

Charles le Téméraire, entre complexité et ambivalence

Quand la science explore l’histoire : « plus que jamais, les vivants ont besoin des morts »

Marcel Brion : la régence de Blanche de Castille

Ian Kershaw : la tentative d’élimination du Führer

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à